DANS LE RETRO. En 1997, le succès inattendu des JMJ à Paris

le
0
DANS LE RETRO. En 1997, le succès inattendu des JMJ à Paris
DANS LE RETRO. En 1997, le succès inattendu des JMJ à Paris

«Il s'est passé quelque chose», assurons-nous en Une de l'édition de Paris le 25 août 1997. Au lendemain des Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) dans la capitale française, l'Eglise elle-même s'étonne de la mobilisation suscitée par la semaine de festivités religieuses. Si ce n'est pas la fréquentation la plus importante de l'histoire des JMJ (cf encadré), c'est tout de même une surprise pour les organisateurs qui ne s'attendaient pas à ce succès dans l'Hexagone.

 

A l'époque en effet, la proportion de jeunes catholiques pratiquants est très faible en France : 2% seulement, selon la spécialiste des faits religieux Danièle Hervieu-Léger. Cette dernière explique ce soudain entrain pour les JMJ par «un effet d'entrainement», des jeunes de familles habituées aux messes à ceux qui, voyant les foules se rassembler et camper dans la bonne humeur, ont été gagnés par l'envie de partager cette émotion. «Des jeunes qui ne processionnaient pas contre quelque chose, mais pour dire qu'ils étaient heureux (...) pour clamer que leur vie a un sens», décrit notre reporter.

 

 

«Tassez-vous par charité», lance Mgr Dubost aux gamins qui s'organisent pour la nuit. «Dormir ? Quelle idée!» Tous s'exaltent en farandoles au son des guitares. Saturé de chaleur et de monde, l'hippodrome de Longchamp accueille cette ferveur pour 24 heures, avant le bouquet final, une messe de Jean-Paul II à laquelle un million de pèlerins assistent «main dans la main, dans le calme et la joie».

 

 

«L'Eglise aurait-elle gagné son pari ?» interrogeons-nous. Voilà qu'un pape controversé, fatigué mais, constatons-nous, «infatigable», rassemble la jeunesse. «Partez sur les routes de l'humanité, en demeurant unis dans l'Eglise», assène-t-il aux participants, issus de dizaines de nationalités différentes. Et d'insister : «J'invite les jeunes à faire preuve d'imagination pour travailler à l'édification de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant