DANS LE RETRO. En 1936, le Front populaire ouvre la voie aux congés payés

le
3

11 juin 1936. Trois jours après la signature des accords de Matignon, dans une France paralysée par les grèves, l'Assemblée vote à l'unanimité l’octroi de deux semaines de congés payés pour tous les salariés. Une révolution.

 

Jusqu'ici, seules certaines corporations avaient obtenu le droit de prendre des vacances tout en étant rémunéré. C’était le cas des fonctionnaires d’Etat, dès 1853, ou des agents de services publics ou para-publics : métro parisien, entreprises d’électricité et de gaz.

 

Il y a 80 ans, ce qui semblait être une utopie irréalisable s’est concrétisé en quelques jours seulement. Moins d'une semaine après les accords de Matignon, une première loi est votée par les députés et sénateurs, avant d'être promulguée le 20 juin. A travers les archives du «Petit Parisien», retour sur les tractations et les mouvements de «grèves joyeuses» qui ont abouti à cet accord historique.

 

3 mai 1936 : le Front populaire triomphe dans les urnes

 

Les accords de Matignon ont été signés dans la foulée de la victoire de la gauche dans les urnes. «L’avis est unanime : le pays s’est prononcé pour le Front populaire; c’est celui-ci qui doit exercer le pouvoir. Nul ne comprendrait qu’il en fût autrement». Au lendemain du second tour des législatives du 4 mai, «Le Petit Parisien» ne s’y trompe pas. Le fameux Front populaire, réunissant socialistes (SFIO), communistes et radicaux, rallie 57% des suffrages.  

 

«Le Petit Parisien» du 5 mai 1936.

 

La première tâche du socialiste Léon Blum, pressenti pour être le futur président du Conseil, est de préparer cette large coalition à «l'exercice du pouvoir». Partisan du réformisme social et non de la révolution socialiste, il entame des pourparlers pour s'assurer le soutien (sans participation) du Parti communiste et de la CGT.

Edouard Daladier et Léon Blum, le 6 mai 1936.

(Le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 il y a 6 mois

    Nous ne sommes plus en 36 les profiteurs ont changés de camp. Ils sont tous les statuts spéciaux qui vivent aux crochet des entreprises , des salariés du privé et des contribuables .

  • M8252219 il y a 6 mois

    Depuis 36 la CGT à acheté ses châteaux pour les amis et délégués

  • M8252219 il y a 6 mois

    36 EST LOIN ET ON EST DANS UNE BELLE M...