Dans le plus grand ghetto rom des Balkans

le
0
REPORTAGE - 50.000 Tsiganes s'entassent dans un quartier de Plovdiv en Bulgarie. Marginalisés, ils n'ont pas d'emploi.

Plovdiv (Bulgarie)

«N'écrivez pas que nous sommes des Roms parce qu'on va encore nous confondre avec les Roumains. Mettez que nous sommes des Tsiganes, mais pas des voleurs ni des profiteurs.» Assis à même le trottoir, Ivan et ses camarades partagent une canette de bière sous un soleil de plomb, à Stolipinovo, le quartier tsigane de Plovdiv (sud de la Bulgarie), qui, avec ses 50.000 âmes, a le triste privilège d'être considéré comme le plus grand ghetto des Balkans. Ce sont les «Français» de Stolipinovo. Le plus jeune d'entre eux, l'ancien boxeur Lalé, âgé de 27 ans, qui est un peu la mascotte du groupe, porte même sur son torse sculpté le maillot de l'équipe de France. Tous les ans, ils font la navette entre la région parisienne et leur mahala («quartier» en turc) natale. De la langue de Molière ils ne connaissent que les mots qui les font vivre: «patron», «manger», «chantier», etc. Mais cet été, ils ont hésité à repartir. «Lorsqu'on a vu les ima

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant