Dans le métro, elles portent un pantalon pour éviter le harcèlement

le , mis à jour à 08:53
8
Dans le métro, elles portent un pantalon pour éviter le harcèlement
Dans le métro, elles portent un pantalon pour éviter le harcèlement

Sifflements, injures, remarques désobligeantes sur une tenue vestimentaire, gestes déplacés, voire, dans les cas les plus extrêmes, agressions sexuelles... 87 % des femmes ont déjà été victimes de harcèlement dans les transports en commun, selon une étude de la Fédération nationale des association d'usagers des transports (Fnaut), publiée aujourd'hui et que nous révélons. « Un chiffre qui reflète malheureusement la réalité », commente Christiane Dupart, membre du bureau de la Fnaut.

Basée sur les réponses de plus de 6 000 usagères (métro, RER, autobus, train...), cette étude montre que la crainte d'un harcèlement modifie considérablement le comportement des femmes à l'égard des transports publics.

 

Des stratégies d'évitement

Ainsi, plus de la moitié des personnes interrogées (54 %) n'utiliseraient pas les transports en commun à certaines heures, notamment en soirée, par peur du harcèlement. Troquer une jupe d'été pour un pantalon, planquer son décolleté sous un foulard... Elles sont également 48 % à adapter leur tenue vestimentaire pour se déplacer. Enfin, 34 % d'entre elles se détournent carrément des transports publics pour le vélo, le taxi ou encore leur véhicule personnel, même si ça leur coûte bien cher.

Maelle, 32 ans, avoue ainsi préférer éviter les transports en commun lorsqu'elle est seule et qu'elle rentre tard après une soirée : « Je n'ai jamais vraiment eu de problème, mais ça me rassure de rentrer en taxi », explique cette Parisienne.

Pour Annie Guilberteau, directrice générale du Centre national d'information sur les droits des femmes et des familles (Cnidff), « en adoptant ces stratégies d'évitement, les femmes atteignent leur liberté d'être » et de circuler. Des stratégies qui consistent également à se mettre près des portes de la rame de métro pour sortir au plus vite au moindre problème, ou à changer de place dès qu'un homme se montre un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1903733 il y a 11 mois

    Et pourtant elles n'ont pas peur de montrer leurs nichons sur les plages.

  • M1903733 il y a 11 mois

    Allons ce n'est pas d'hier que les femmes portent pantalon et ailleurs que dans le métro, réveillez-vous, ouvrez les yeux les journaleux.

  • frk987 il y a 11 mois

    Ah y a des clients pour le viol avant 19h dans un métro bondé qui pue....après 19h c'est une autre affaire, faudrait des policiers armés dans chaque wagon. Peine de 20 ans incompressible...et vous allez voir un miracle se produire, mais autant d'électeurs du PS de perdu !!!!

  • SuRaCtA il y a 11 mois

    Des enquêtes ont-elles été menés pour connaitre le profil type des "harceleurs" ?

  • dotcom1 il y a 11 mois

    Ca n'est pas prêt de s'arrêter car Hidalgo souhaite généraliser l'usage du métro au détriment des moyens de transport indviduels. Avis aux frotteurs...

  • M7166371 il y a 11 mois

    dans les transports en commun on voit les gens tristes, inquiets , fatigués , à 99 % ils ne pensent pas mais alors pas du tout à la gaudriole ...

  • M4189758 il y a 11 mois

    JPi - Ce soir nous allons danser sans chemise, sans ...

  • Aston54 il y a 11 mois

    Tant qu'à faire une étude sur le sujet, on pourrait aussi tenter de dresser le ou les profils des agresseurs... Ah non pas bien ça risquerait de stigmatiser certaines populations!!!!!! A priori cre devrait ressemblerà la même radiographie faite pour la population carcérale!!!!!!!