Dans le Maine-et-Loire, le camp tsigane oublié de Montreuil-Bellay

le
0
Pendant la Seconde Guerre mondiale, cette commune située à une soixantaine de kilomètres de Cholet a accueilli un des plus grands camps de concentration pour Tsiganes de France.

«Comme quoi Hitler n'en a peut-être pas tué assez». Les propos tenus par Gilles Bourdouleix, député-maire de Cholet (Maine-et-Loire), sur des gens du voyage qui s'étaient illégalement installés sur un terrain de sa commune ont rapidement été condamnés par l'ensemble de la classe politique française. Le préfet du Maine-et-Loire a saisi ce mardi le procureur pour «apologie de crime contre l'Humanité».

Ces mots qui choquent mettent également en lumière le passé tsigane du département comme le rappelait la première dame, Valérie Trierweiler, dans un tweet posté mardi matin. Car pendant la Seconde Guerre mondiale, l'histoire du Maine-et-Loire a été fortement liée à celle des Tsiganes français. Montreuil-Bellay, un village de 4000 habitants situé à une soixantaine de kilomètres de Cho...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant