Dans le Golfe, les nouvelles technologies au secours du flirt

le
0
Dans le Golfe, les nouvelles technologies au secours du flirt
Dans le Golfe, les nouvelles technologies au secours du flirt

Jaber passe chaque jour de longues heures avec sa dulcinée, échangeant des mots doux et rêvant d'avenir... sur Blackberry: dans les sociétés conservatrices du Golfe, les nouvelles technologies permettent aux jeunes de contourner les contraintes sociales.Attablé dans un café d'un luxueux centre commercial d'Abou Dhabi, le jeune homme âgé d'une vingtaine d'années, portant la traditionnelle robe blanche, pianote sans arrêt sur son appareil dernier cri en sirotant un thé."Je l'ai vue au cinéma. J'ai demandé à l'ouvreuse philippine de lui faire parvenir les coordonnées de mon téléphone. Mais je ne m'attendais pas à ce qu'elle m'ajoute à sa liste de contacts, et qu'une histoire d'amour naisse ainsi entre nous", dit-il.La jeune fille, dont il tait le nom, a mis plus de deux mois avant d'accepter de lui donner rendez-vous pour une première rencontre... sur Skype.Cette rencontre, bien que très brève, a été suffisante pour "confirmer notre amour", dit ce jeune diplômé qui a ensuite pu convaincre sa bien-aimée d'accepter de le rencontrer. Et il commence aujourd'hui à former des projets d'avenir, tout en craignant de se heurter à l'hostilité de la société."Malgré la modernisation aux Emirats, les familles demeurent très attachées aux valeurs traditionnelles", explique Jamila Khanji, conseillère à la fondation du développement familial à Abou Dhabi."Ce sont toujours les familles qui concluent des mariages arrangés entre leurs enfants, même si elles se montrent aujourd'hui plus flexibles, par exemple en autorisant les futurs fiancés à se rencontrer ou en permettant que la période des fiançailles soit plus longue pour qu'ils aient le temps de mieux se connaître", ajoute-t-elle.Une adolescente de 16 ans interrogée par l'AFP indique que ses camarades de classe émiraties "entrent en contact avec des inconnus sur Blackberry, puis commencent à leur parler sur Skype, et lorsque la relation ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant