Dans le ciel japonais, des drones policiers font régner l'ordre

le , mis à jour le
0
Drone policier japonais capturant un autre drone dans ses filets / Capture d'écran
Drone policier japonais capturant un autre drone dans ses filets / Capture d'écran

Au Japon comme ailleurs, les drones envahissent le ciel. À nouvelle technologie nouveau risque. Et une porte ouverte à d'éventuels attentats par la voie des airs, selon la police de Tokyo, qui a décidé de combattre le feu par le feu. La première brigade anti-drone est née : une dizaine d'engins volants, équipés d'un filet de deux mètres sur trois, seront chargés d'intercepter des drones potentiellement malveillants, s'ils venaient à pénétrer dans un espace interdit. Les autorités précisent que des avertissements par haut-parleur seront donnés au préalable avant de cueillir en plein vol l'appareil suspect. Une technique d'interception rapide et efficace, comme le démontre cette vidéo publiée par les forces de l'ordre nippones, qui ont testé les performances de leur « traqueur de drones ».

Cette décision intervient après l'atterrissage sans encombre d'un drone sur le toit du bureau du Premier ministre japonais, Shinzo Abe, en avril dernier. L'appareil transportait de petites quantités de produits radioactifs. L'événement a été jugé suffisamment grave pour réévaluer le danger potentiel que peuvent constituer ces discrets objets volants. La nouvelle brigade anti-drone sera chargée d'assurer la sécurité au-dessus des zones « sensibles » de la capitale, comme les bâtiments gouvernementaux.

Source Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant