Dans le Bronx, l'extrême discrétion de Nafissatou Diallo étonne

le
0
REPORTAGE - L'imam de la communauté peule du Bronx dit ne pas connaître la jeune femme, pourtant décrite comme très religieuse.

Qui est donc Nafissatou Diallo, la jeune femme de chambre guinéenne de l'hôtel Sofitel, devenue du jour au lendemain la plaignante la plus célèbre de la chronique judiciaire américaine? Il n'est pas facile de dessiner le profil psychologique, social et familial de la personne qui fit - sans doute involontairement - tomber de son trône washingtonien le financier le plus influent de la planète, promis de surcroît à devenir «roi» de France. Car, dans cette affaire, personne côtoyant actuellement «Nafi» (comme la surnomment désormais les Africains francophones de Harlem) n'accepte de parler à la presse.

Le NYPD, la police new-yorkaise, protège soigneusement la victime présumée, la cachant dans un des appartements secrets dont elle dispose en permanence, pour y loger les témoins cruciaux des futurs grands procès criminels - l'exemple type étant le mafieux repenti prêt à charger un grand parrain. Lorsque le NYPD amena Mme Diallo chez le procureur de l'État de New...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant