Dans la tourmente, Joly ne regrette rien

le
0
En déplacement à Rully en Bourgogne, Eva Joly a balayé les critiques sur son style et sa capacité à aller jusqu'au bout de sa candidature. Avec une vidéo BFMTV

«Bon, allez, je te fais une bise.» Il est 9h54, jeudi. Devant le TGV 6609 pour Le Creusot, Cécile Duflot est venue accompagner à la gare de Lyon sa «copine» Eva Joly, qui doit faire un aller-retour en Bourgogne dans la journée. Promis juré donc, la secrétaire nationale d'Europe Écologie-Les Verts (EELV) et la candidate écologiste à la présidentielle sont toujours amies, malgré les récits de la réunion de «recadrage» qui s'est tenue la veille, et qui fait la une de la presse quotidienne. Mercredi après-midi, en effet, la direction du parti écolo a sommé sa candidate de «jouer plus collectif» après ses sorties sur François Hollande et le PS.

Alors devant les flashs des photographes, venus nombreux pour immortaliser le moment, Cécile Duflot et Eva Joly font comme si. Mais la «bise» de Cécile Duflot suffira-t-elle à atténuer les soupçons de méfiance réciproque qui planent au-dessus des deux femmes? Pas sûr. Dans le TGV, Sergio Coronado, codirecteur de

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant