Dans la Silicon Valley, Cazeneuve appelle à redoubler d'efforts contre le jihadisme

le
0
Dans la Silicon Valley, Cazeneuve appelle à redoubler d'efforts contre le jihadisme
Dans la Silicon Valley, Cazeneuve appelle à redoubler d'efforts contre le jihadisme

Le ministre français de l'Intérieur a salué vendredi, auprès des grands opérateurs de l'internet, "l'effort particulier" qu'ils ont entrepris dans la lutte contre la propagande jihadiste mais les a appelés à redoubler d'efforts pour bloquer les messages extrémistes.Au lendemain du sommet international contre la violence extrémiste à Washington, Bernard Cazeneuve s'est déplacé dans la Silicon Valley pour rencontrer des responsables de Google, Facebook, Apple et Twitter et les exhorter à une "responsabilité partagée" contre les tentatives d'"endoctrinement sectaire".Tirant le bilan de ces conversations "approfondies et riches" avec des "acteurs responsables", M. Cazeneuve a rendu hommage à leur plus grande "rapidité" quand un message à caractère terroriste leur était signalé, témoignant "du fort engagement des opérateurs".Le gouvernement français a constaté, depuis l'attentat contre le journal satirique Charlie Hebdo, le 7 janvier, "un effort particulier des grands majors qui retirent plus rapidement et plus efficacement qu'auparavant les contenus" qui posent problème, a déclaré le ministre devant la presse de San Francisco. Il a parlé de quarts d'heure pour réagir au lieu de mois précédemment.Mais conscients de part et d'autre de la nécessité de poursuivre les efforts et d'"intensifier les relations", M. Cazeneuve a invité les représentants des quatre géants de l'internet à une réunion à Paris au mois d'avril pour "faire le point des engagements que nous avons pris aujourd'hui, leur adresser des demandes encore plus précises et arrêter un code de bonne conduite", a-t-il indiqué.Le ministre a plaidé en faveur du retrait rapide de la toile des contenus à caractère terroriste, mais aussi du développement d'un "contre-discours" et de la collaboration des opérateurs dans les enquêtes judiciaires."Ils sont ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant