Dans la peau de Mathieu Hanotin, frondeur socialiste

le
0
Dans la peau de Mathieu Hanotin, frondeur socialiste
Dans la peau de Mathieu Hanotin, frondeur socialiste

Au sein du gouvernement, ils ont déjà gagné un surnom : les Gremlins. « Parce qu'ils te mordent les jarrets même s'ils se multiplient moins vite », souffle un ministre. En quelques semaines, les frondeurs du PS sont devenus « le cauchemar » de Francois Hollande et de Manuel Valls. A l'Assemblée nationale, dans les médias, sur les réseaux sociaux, au sein même du PS, pas un jour sans qu'ils ne fassent parler d'eux en contestant l'orientation de la politique gouvernementale. Toute la semaine, cette poignée de parlementaires (41 sur 290 PS se sont abstenus en avril), la plupart inconnus du grand public et plus ou moins actifs, ont ferraillé dans l'hémicycle contre le projet de loi de finances rectificatif.

Et cette semaine, ils ont promis de monter encore d'un cran contre le pacte de responsabilité, les 50 MdsEUR de baisses de charges aux entreprises contre des promesses d'emploi. La mesure totem de François Hollande. Que cherchent-ils vraiment ? Quelles sont leurs méthodes ? Sont-ils prêts à faire exploser le PS ? Entre coups de pression et coups de pompe, nous avons suivi Mathieu Hanotin, 36 ans, député rebelle de Seine-Saint-Denis et membre de l'aile gauche du PS.

« Ras le bol du chantage à l'unité ! »

Avec les autres rebelles

« C'est où ça, Mars ? » En ce mardi matin, Henri Emmanuelli cherche le salon Mars 1 dans les méandres de l'Assemblée. Depuis plusieurs semaines, le député des Landes, Mathieu Hanotin, Jean-Marc Germain, Laurent Baumel, Christian Paul... s'y donnent rendez-vous. Soit une trentaine de parlementaires, encore qu'il n'est pas possible de vérifier le nombre réel de participants, le huis clos étant décrété. Récolte du jour : 55 signatures de députés pour défendre des amendements visant à infléchir « la politique d'austérité du gouvernement » lors de la discussion budgétaire. S'y retrouve un large spectre de socialistes allant des proches d'Aubry ou d'Hamon à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant