Dans la peau d'un migrant ou d'un aveugle: quand le jeu vidéo est en quête de sens

le
0
Dans la peau d'un migrant ou d'un aveugle: quand le jeu vidéo est en quête de sens
Dans la peau d'un migrant ou d'un aveugle: quand le jeu vidéo est en quête de sens

Les jeux vidéo "à message" se multiplient: se mettre dans la peau d'un migrant, d'un civil en guerre, d'un aveugle. Fini le divertissement pur, de petits studios de création indépendants, comme le français DOWiNO, cherchent à donner du sens à la première industrie culturelle mondiale."C'est un peu une évolution normale pour un média. Prenez la BD, dans les années 1950 elle était cantonnée à un loisir pour enfant ou adolescent. Puis il y a eu +Maus+, où les juifs sont des souris et les nazis des chats. En jeu vidéo, on vit la même évolution", explique Florent Maurin, un ancien journaliste qui s'est lancé à Paris dans la création de "jeux du réel".C'est une "tendance de fond", confirme Julien Villedieu, secrétaire général du Syndicat national du jeu vidéo (SNJV), en France. Car les joueurs ont vieilli (41 ans en moyenne): ils cherchent aussi du fond dans un jeu et pas seulement à appuyer sur la gâchette ou conduire des karts.En témoignent les succès récents de certains jeux comme "This war of mine", où le joueur n'est plus dans la peau d'un guerrier mais d'un civil sous les bombes; "Papers, please", l'histoire d'un garde-frontière dans la République imaginaire d'Arstotzka ou "That Dragon, cancer". Bouleversant, ce dernier raconte le combat d'un petit garçon, Joël, atteint d'une leucémie incurable. Il est basé sur l'histoire du fils d'Amy et Ryan Green, les concepteurs américains de ce jeu.Dans ce nouveau paysage, la France n'est pas en reste avec quelques pépites comme "A Blind Legend", l'histoire d'un chevalier aveugle. Initialement conçu pour les personnes malvoyantes, le jeu a finalement été téléchargé plus d'un demi-million de fois.- Un chat pour arrêter de fumer -"Dans ce jeu sur mobile en +free to play+, tu te diriges uniquement au son 3D", raconte Pierre-Alain Gagne, cofondateur de DOWiNO, un studio de création basé à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant