Dans la collection de cassettes de Ben Laden... Gandhi et Enrico Macias !

le
0
Dans la collection de cassettes de Ben Laden... Gandhi et Enrico Macias !
Dans la collection de cassettes de Ben Laden... Gandhi et Enrico Macias !

Depuis sa mort en 2011, on prête à Oussama Ben Laden de nombreuses passions cachées. Non content d'accumuler les vidéos pornographiques et les livres sur l'économie française, le chef historique d'Al-Qaïda aurait aussi collectionné les K7 audio. D'antiques enregistrements qui font l'objet d'une étude approfondie à paraître début septembre et dont la BBC livre les premiers détails, ce lundi. 

Contrairement aux précédents documents, présumés trouvés dans la dernière demeure de Ben Laden, à Abbottabad (Pakistan), les bandes ont été découvertes dans une maison de Kandahar (Afghanistan), où il recevait ses affidés de 1997 à 2001.

Une famille afghane aurait trouvé par hasard ces 1500 cassettes audio en visitant le bâtiment mis à sac après l'invasion américaine. Elle aurait ensuite vendu le lot à une boutique de cassettes, un commerce interdit du temps des Taliban. Mais un cameraman de CNN aurait eu vent du trésor et aurait convaincu son propriétaire de sa valeur historique. C'est finalement l'Afghan Media Project du Williams College du Massachusetts (Etats-Unis) qui a hérité de la discothèque d'Oussama Ben Laden.

Adepte de la non-violence

Un expert en culture arabe a été sollicité pour défricher deux caisses pleine de ces vieilleries. Il aura fallu plus de dix ans à Flagg Miller pour en rendre compte dans un livre, «The Audascious Ascetic» («L'ascète audacieux»), à paraître chez Oxford University Press. De nombreux discours et sermons, prononcés par quelque 200 orateurs différents, composent ces archives d'Al-Qaïda. Ils auraient permis au chercheur de tenter une approche nouvelle sur «la construction du mythe» Ben Laden.

Mais d'autres pièces de la collection sont plus surprenantes. Ainsi, Ben Laden cite-t-il dans un discours de septembre 1993 le nom du Mahatma Gandhi, icône de la non-violence. A l'époque, le futur ennemi public numéro un des Etats-Unis propose déjà de s'attaquer aux Américains, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant