Dans l'Aube, la décrue se précise

le
0
Dans l'Aube, la décrue se précise
Dans l'Aube, la décrue se précise

La situation est stable, jeudi, en fin de matinée, dans l'agglomération troyenne, menacée depuis lundi par des inondations, et les autorités annoncent une décrue «prochaine». «Sur l'agglomération troyenne, le plateau de crue est atteint et la situation est stable même si (...) les remontées de nappe sont toujours visibles», a indiqué la préfecture de l'Aube dans un communiqué.

«La situation tend à se stabiliser dans Troyes. Après les craintes successives de pics de crues, la Seine connaît maintenant un plateau qui annonce l'amorce prochaine d'une lente décrue», a déclaré le député-maire UMP de Troyes, François Baroin. Selon lui, la vigilance doit être maintenue jusqu'à jeudi soir avant une réévaluation des moyens matériels et humains mobilisés.

Les habitants de Troyes avaient passé la nuit de mercredi à jeudi au sec. La Seine avait en effet gonflé de quelques centimètres, mais sans quitter son lit. «Le niveau de la Seine est monté, comme prévu, de quelques centimètres sans provoquer aucun débordement», a indiqué le Centre opérationnel départemental d'incendie et de secours (Codis) de l'Aube. Mercredi, Météo France avait maintenu la vigilance Orange Crue dans le département sur le tronçon «Seine troyenne».

Des gymnases prévus en cas d'évacuation

Toute la nuit de mercredi à jeudi, les pompiers ont patrouillé dans les rues de l'agglomération troyenne qui bordent le fleuve pour surveiller un éventuel débordement des eaux. Deux gymnases, aménagés par la mairie et pouvant accueillir au total près de 800 personnes, étaient toujours opérationnels en prévision d'hypothétiques évacuations d'habitants.

Depuis mardi, la zone inondée se trouve pour l'essentiel autour de la commune rurale de Buchères, au sud de Troyes, où le niveau de l'eau est encore monté de plusieurs centimètres en début de nuit mercredi, selon Daniel Lebeau, le maire du village. D'après lui, environ 60 habitants ont été...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant