Dans l'abondance, l'Argentine cherche son Batigol

le
0
Dans l'abondance, l'Argentine cherche son Batigol
Dans l'abondance, l'Argentine cherche son Batigol

Agüero. Tévez. Higuaín. Icardi. Dybala. Vietto. Di Santo. Ils sont sept buteurs argentins à postuler sérieusement pour le poste de numéro 9 de l'Albiceleste à la Copa América ayant lieu en juin au Chili. Mais Tata Martino le dit et le répète : un seul avant-centre a sa place en haut de son 4-3-3. Une abondance qui génère de l'injustice et de la polémique, mais pas forcément plus de buts. Une histoire d'excès et de talent, qui rappelle le sombre destin de la paire Batistuta-Crespo au Mondial 2002, mais aussi les exploits de Batigol en 1991

L'Argentine, le pays des démesures, est le titre d'un essai économique signé Juan J. Lach et Martin Lagos. Si leurs idées traitent surtout d'inflation grave et de protectionnisme aigu, elles pourraient aussi aborder une géographie gargantuesque, des bouts de matambres à la longueur infinie, et un amour curieux pour des chaussures plateformes qui feraient de Messi un géant. Surtout, ce titre pourrait être celui de l'histoire des vingt dernières années d'un football qui n'arrive pas à se tenir droit. Lors de la Copa América 1993, l'Albiceleste remportait son dernier titre sur un doublé de Gabriel Batistuta. En cette année 2015, un an après l'épopée finaliste du Mondial brésilien lors de laquelle Higuaín, Agüero et Palacio auront déçu, le débat est donc classique : qui sera le Batigol de Tata Martino ?
L'abondance et l'injustice
Les candidatures d'Agüero, Tévez et Higuaín ne sont plus à présenter. Mais derrière, certains continuent à taper à la porte. Et ils tapent de plus en plus fort. Mauro Icardi, pourtant peu aidé par l'animation offensive de l'Inter, a déjà marqué 19 fois toutes compétitions confondues, et présente le profil de tueur batigolesque que l'Argentine n'avait pas au dernier Mondial. Une sorte d'anti-Higuaín, n'ayant peur de rien, ni de l'enjeu, ni du ridicule. Paulo Dybala, désigné meilleur joueur de la première moitié de saison de Serie A par les notes de la Gazzetta dello Sport, est la dernière sensation du football italien (12 buts, 8 passes décisives). Lucky Vietto, successeur de Javier Saviola dans la catégorie des lapins bondissants, réalise une première saison européenne inattendue à Villarreal (16 buts, 6 assists toutes compétitions confondues). Enfin, un autre attaquant de surface est attentivement examiné par le staff de Martino : Franco di Santo, géant du Werder aux 11 buts en Bundesliga. Pour revenir dans l'histoire, cela donne l'héritier de Batistuta, le nouvel Agüero, une copie de Saviola et la réincarnation de Martin Palermo. Derrière, il faut bien entendu compter sur la candidature de certains revanchards du dernier Mondial, qui pourraient monter en puissance d'ici le mois de juin : Lavezzi et Palacio. Et aussi sur les talents des championnats sud-américains : les noms de Lucas Pratto et Gustavo Bou ont aussi été avancés, avec plus ou moins de sérieux. D'après Martino, "environ 70 joueurs sont suivis, au niveau local et...


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant