Dans Alep, sous les missiles des Mig et des hélicoptères syriens

le
0
REPORTAGE - Depuis un mois, l'Armée syrienne libre et l'armée fidèle à el-Assad livrent une bataille pour le contrôle de la deuxième ville du pays. Dans les rues, le c?ur des habitants, appeurés, balance du côté du mâitre du quartier.

Loin des combats, c'est encore une révolution. Dans les quartiers tenus par l'Armée syrienne libre, la vie serait presque normale. Les habitants de Zahraa s'habituent à leurs nouveaux maîtres, la katiba Mohammed Fatih. Celle-ci offre, quand elle le peut, le gaz et l'eau potable. Les petits camions de ses livreurs, comme tous les petits camions en Syrie, font eux aussi sonner la lambada quand ils font marche arrière.

Salem Mohammad est l'un de ces partisans résolus de la révolution syrienne: «L'armée libre nous respecte. Elle nous vient en aide et ses responsables nous écoutent. L'armée du régime tire sur les civils. Le choix est simple. Et même le fait de dire ça, en pleine rue, sans avoir peur, c'est nouveau pour moi.» Il profite du coucher de soleil, assis sous le porche de sa maison. Le vent apporte de l'air frais, et les enfants, le café à la cardamome.

Mais, pas si loin, le vent fait aussi parvenir le bruit des bombardements incessants, le bourdonnement des hélico

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant