Danone vise une meilleure marge en 2015 malgré l'environnement

le
0

* Bénéfice opérationnel 2014 de 2.662 mlns, +3,7% en comparable * Chiffre d'affaires 21.144 mlns, +4,7% en organique * Marge opérationnelle de 12,59%, en baisse de 12 pdb * La croissance du CA 2015 vue de 4%-5% * La marge opérationnelle attendue en "légère progression" (Actualisé avec conférence analystes, commentaire d'analyste, cours de Bourse) par Noëlle Mennella PARIS, 20 février (Reuters) - Danone DANO.PA a publié vendredi des résultats 2014 affaiblis par la crise en Russie, son principal marché, la hausse du prix du lait et des effets de change négatifs, mais il anticipe pour 2015 une croissance organique de son chiffre d'affaires et de sa marge opérationnelle même si l'environnement devrait rester difficile. En 2015, les ventes du groupe agroalimentaire devraient enregistrer une progression comprise entre 4% et 5% au regard de celle de 4,7% enregistrée en 2014, à 21,144 milliards d'euros, particulièrement pénalisée par les produits laitiers frais dont il est le numéro un mondial. De son côté, la marge opérationnelle, qui a baissé de 12 points de base à 12,59% en 2014 (en baisse de 60 pb en données historiques), avec notamment une chute de 67 points dans les produits laitiers frais, devrait être en légère progression cette année, prévoit Danone. Le groupe ne donne pas d'objectif à court terme pour son free cash flow qui, hors éléments exceptionnels, a été de 1,4 milliard d'euros l'an passé, en baisse de 9,6% sur un an. "Je suis convaincu que nous serons en mesure de construire une croissance rentable et que nous pourrons réinvestir dans nos marques et nos forces de vente pour préparer 2016", a plaidé le directeur général Emmanuel Faber lors d'une réunion avec des analystes. L'année "2015 sera rentable mais nous voulons que nos performances soient durables." Emmanuel Faber a par ailleurs affirmé que Danone était déterminé à développer ses quatre métiers, confirmant ainsi que la cession de la branche nutrition médicale n'était pas d'actualité. OPTIMISME POUR LES PRODUITS LAITIERS FRAIS S'agissant des produits laitiers frais, principal métier de Danone, Emmanuel Faber a assuré qu'il n'y avait "absolument aucune raison pour que d'ici trois ans il n'enregistre pas une croissance située autour de 5%". L'an dernier, ce pôle a enregistré une croissance en données comparables de 1,5%. En 2014, la dégradation de la consommation en Russie a entraîné une baisse "significative" des volumes (-1,5% en données comparables au niveau du groupe, dont -6,6% pour les produits laitiers frais). La Russie, où Danone est implanté depuis 1992, est le premier marché du groupe avec une part de 11% contre 10% en France, 8% aux Etats-Unis et 7% en Chine. En Chine, Danone assure avoir retrouvé son niveau d'avant la crise déclenchée par la fausse alerte au botulisme lancée à l'été 2013 par un de ses fournisseurs en Asie. Danone a aussi été affaibli l'an dernier par un impact de changes négatif de 5,5% qui a reflété la baisse significative de certaines devises émergentes, dont le rouble russe, le peso argentin et la roupie indonésienne. "2014 a été marqué par des turbulences politiques, économiques et par une très grande volatilité, qui préfigurent ce qui nous attend dans les années à venir", déclare prudemment Franck Riboud, président de Danone, cité dans le communiqué de résultats. Pour 2015, Danone prend pour hypothèse que le contexte macroéconomique "va rester globalement difficile et instable, avec des tendances de consommation fragiles voire déflationnistes en Europe, des marchés émergents pénalisés par la volatilité des devises et des difficultés contextuelles spécifiques dans quelques marchés importants, notamment la CEI (Communauté des Etats indépendants)". Le groupe anticipe aussi une hausse modérée du coût de ses principales matières premières et d'emballage. En Bourse, le titre Danone a perdu plus de 2% en matinée avant d'effacer presque toutes ses pertes. A 14h35, il cède 0,29% à 58,98 euros. "Le titre s'est retourné parce que le marché commence à réaliser que les prévisions ne sont pas si mauvaises au regard de la croissance du bénéfice par action que l'on peut attendre. De mon point de vue, elle pourrait être à deux chiffres en 2015", commente Pierre Tegner, analyste chez Natixis. En 2014, le bénéfice net courant par action est ressorti à 2,62 euros, en hausse de 2,5%. Le groupe propose de verser un dividende de 1,50 euro par action, en hausse de 3,4% par rapport à celui distribué au titre de 2013. * Le communiqué : http://bit.ly/1F106dj * La présentation : http://bit.ly/1843Jp3 (Edité par Dominique Rodriguez)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant