Danone pourrait céder sa Nutrition médicale

le
0
DANONE POURRAIT CÉDER SA DIVISION NUTRITION MÉDICALE
DANONE POURRAIT CÉDER SA DIVISION NUTRITION MÉDICALE

par Sophie Sassard et Arno Schuetze et Anjuli Davies

LONDRES/FRANCFORT (Reuters) - Danone envisage de céder sa division Nutrition médicale, une cession qui pourrait atteindre plus de trois milliards d'euros et permettre au groupe français de poursuivre son développement dans les produits laitiers sur les marchés émergents, apprend-on auprès de trois sources proches du dossier.

La division Nutrition médicale, qui s'adresse à des personnes sous traitement médical, hospitalisées ou en convalescence et propose notamment des aliments hypoallergéniques pour nourrissons, pourrait intéresser des concurrents tels que Nestlé, Abbott, Baxter ou Fresenius, ajoute-t-on.

La banque américaine JPMorgan a été mandatée pour chercher un acquéreur pour cette division qui est le leader européen de son secteur.

La division a réalisé en 2012 un chiffre d'affaires de 1,3 milliard d'euros et un résultat d'exploitation de 231 millions.

Cette cession permettrait à Danone de se concentrer sur le renforcement de son activité dans les aliments pour bébés, les produits laitiers frais et l'eau, en mal d'investissements dans un contexte de ralentissement de la croissance en Europe et de problèmes en Asie.

Danone a annoncé mercredi son intention de consacrer 486 millions d'euros pour doubler sa participation dans le groupe Mengniu, numéro un chinois des produits laitiers, et renforcer ainsi sa présence sur l'un de ses grands marchés.

Le groupe chercherait également à prendre une participation dans le capital du premier producteur de lait d'Afrique de l'Est, Brookside Dairy, selon une information récemment parue dans la presse, quelques mois après la reprise de Fan Milk International en Afrique de l'Ouest.

Danone s'est refusé à tout commentaire sur ces éventuelles cessions et acquisitions. JPMorgan a aussi refusé de commenter.

Le premier producteur mondial de produits laitiers a été frappé par une série de problèmes en Chine l'an dernier, dont une amende pour pratiques anticoncurrentielles dans le cadre d'une enquête pour entente sur les prix.

Le groupe a aussi dû retirer des produits du marché asiatique après une fausse alerte aux produits contaminés lancée l'été dernier par le néo-zélandais Fonterra.

VALORISÉE A PLUS DE 3 MDS D'EUROS

Les banquiers estiment la valeur de l'activité de nutrition médicale à plus de 10 fois son bénéfice opérationnel attendu. "Cela pourrait aller bien au-delà des 10 fois", dit l'un d'eux.

Sur cette base, la division de Danone pourrait valoir environ trois milliards d'euros, indique-t-on.

A titre de comparaison, Nestlé a accepté de racheter la nutrition médicale du groupe suisse Novartis pour 2,5 milliards de dollars (1,84 milliard d'euros), soit 28 fois son résultat opérationnel vers la fin de l'année 2006.

Mardi, Nestlé a cédé 8% du capital de L'Oréal et pris le contrôle de leur coentreprise de cosmétique médicale Galderma au prix fort.

Cette opération a déclenché des spéculations selon lesquelles Nestlé pourrait être intéressé par l'achat d'autres actifs dans le secteur médical. Mais le groupe est déjà très présent sur le marché de la nutrition médicale.

"J'ai quelques doutes concernant la demande pour cet actif en raison des problèmes de concurrence que cela peut poser. Nestlé était déjà dans la place (avec Galderma), ce qui explique qu'ils étaient prêts à payer beaucoup, parce qu'il s'agissait d'une affaire stratégique pour eux", souligne un banquier.

"Tous les grands acteurs du marché seront confrontés à des problèmes antitrust à un degré ou un autre, il se peut qu'ils ne puissent pas acheter la totalité", ajoute-t-il.

La croissance de cette division de Danone a récemment ralenti par rapport à son rythme de croisière d'environ 10% par an dans un contexte de contrôle des dépenses de santé en Europe.

Sur les six premiers mois de 2013, ses ventes ont augmenté de 5,5%, avec une marge opérationnelle en hausse de 65 points de base à 19,3%.

Avec Martinne Geller, Frank Siebelt, Ludwig Burger et Dominique Vidalon, Véronique Tison et Juliette Rouillon pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant