Danone croque le leader américain du yaourt croustillant

le
0
Danone croque le leader américain du yaourt croustillant
Danone croque le leader américain du yaourt croustillant

Le groupe Danone veut conquérir l'Amérique. Après son accord en juillet avec Starbucks, le géant agroalimentaire français annonce ce vendredi l'acquisition de l'américain YoCrunch, leader des «toppings», ces yaourts agrémentés de garnitures croustillantes comme des pépites de M&Ms, des biscuits Oréo ou encore Granola. Un rachat qui confirme l'ambition du groupe de s'implanter aux Etats-Unis, où les yaourts ne sont pas aussi populaires que dans l'Hexagone. Un Américain en mange en effet 6 kilos par an, contre 30 kilos pour un Français.

Faire aimer les yaourts aux USA

Le but étant de s'attaquer en profondeur aux modes de consommation des Américains, «cette acquisition permet également au groupe de bénéficier du savoir-faire unique de YoCrunch» pour réussir son pari, précise Danone, qui ne divulgue pas le montant de la transaction. Fondée en 1985, YoCrunch a en effet négocié des accords de licence avec des marques de sucreries pour attirer les amateurs de ces dernières. Les produits, développés dans l'usine détenue par la société à Naugatuck (Connecticut), ont généré un chiffre d'affaires de 110 millions de dollars et une croissance à deux chiffres ces dernières années.

Danone part tout de même avec de bonnes bases aux États-Unis : le territoire représente déjà le troisième marché du groupe français, derrière la Russie et la France. Il pèse 8% du chiffre d'affaires global du groupe, soit 1,6 milliard d'euros. Avec cette nouvelle stratégie, Danone espère réitérer le succès qu'il a rencontré outre-Atlantique avec sa gamme de yaourts grecs lancée il y a un an et demi.

En revanche, le groupe agroalimentaire met au régime sec ses employés européens. En février dernier, il a annoncé qu'il allait supprimer «environ 900 postes managériaux et administratifs» en Europe dans le cadre d'un plan d'économies de 200 M? sur deux ans. Selon des responsables FO et CGT du groupe, quelque 236 postes ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant