Danny, braqué par les frères Tsarnaev, raconte sa nuit de cauchemar

le
0
Danny, braqué par les frères Tsarnaev, raconte sa nuit de cauchemar
Danny, braqué par les frères Tsarnaev, raconte sa nuit de cauchemar

Il est l'homme qui a sans doute fait basculer l'affaire de l'attentat de Boston, en parvenant à échapper aux frères Tsarnaev et en prévenant la police. L'entrepreneur chinois de 26 ans, braqué par les terroristes présumés montés à bord de sa voiture, a raconté sa nuit de cauchemar dans un long entretien au Boston Globe, livrant des détails sur cette nuit du 18 au 19 avril, pendant laquelle la police a pu prendre en chasse les deux frères.

Le premier, Tamerlan, a trouvé la mort dans la course poursuite alors que le cadet, Djokhar, a été grièvement blessé et arrêté quelques heures plus tard.

Tout commence alors qu'il est en train d'écrire un sms dans son SUV tout neuf vers 23h00 le 18 avril, raconte le jeune entrepreneur. Tamerlan Tsarnaev frappe à la vitre, avant d'ouvrir la porte et de monter sous la menace d'une arme. Il lui annonce même qu'il est l'auteur de l'attentat, et qu'il vient de tuer un policier...

«Tu es Chinois, OK... je suis musulman»

Il ordonne à Danny de rouler, d'abord suivi par Djokhar, 19 ans, dans une autre voiture. Ce dernier charge ensuite le SUV de ce que Danny pense être des bagages, et monte à bord. Tamerlan prend le volant et prévient Danny qu'il le tuera s'il essaie quoi que ce soit.

Que s'est dit-il à ce moment-là ? «La mort est si proche de moi. Je ne veux pas mourir. J'ai encore beaucoup de rêves qui ne se sont pas réalisés», se souvient le jeune entrepreneur au Boston Globe. En tout, son odyssée avec les frères dure 90 minutes.

Il échange quelques phrases avec les deux frères : il leur explique qu'il est Chinois, arrivé récemment aux Etats-Unis. «C'est pour ça que ton anglais n'est pas très bon. Tu es Chinois, OK... je suis musulman», lui dit Tamerlan. «Les Chinois sont très amis avec les musulmans», lui répond Danny, soucieux de sauver sa vie.

Les frères lui demandent sa carte de crédit et son code. Ils retirent de l'argent à un distributeur. Ils les entend...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant