Danish pétard mouillé

le
0
Danish pétard mouillé
Danish pétard mouillé

Avant la "Danish dynamite" qui gagne l'Euro 92 à la surprise générale et sans s'être qualifié, il y a eu le pétard mouillé danois. Au début de l'année 1990, à la recherche d'un sélectionneur, la fédé danoise nomme Wohlers sans le prévenir. L'entraîneur allemand ne prendra jamais le poste.

Printemps 1990. Une conférence de presse est organisée par la DBU, la Fédération danoise. Un nouveau sélectionneur a été trouvé pour le pays et pour poursuivre le travail entamé par Piontek depuis onze ans. L'homme idoine s'appelle Horst Wohlers. En début de saison, il est devenu entraîneur de l'équipe première du KFC Bayer Ürdingen, un club qui s'est habitué à la Bundesliga depuis sept saisons et qui se maintient assez aisément. Il correspond en tout point à ce qui est attendu par le board danois : un entraîneur assez jeune et méconnu – donc pas trop cher – avec les qualifications nécessaires et surtout d'origine allemande. Sur le papier, c'est l'homme parfait pour poursuivre le travail entamé, comme le confirme aujourd'hui Jim Stjerne Hansen, alors secrétaire général à la DBU : " Le principal critère que nous avions, c'était d'avoir un profil sensiblement similaire à Sepp Piontek. " En quelques heures de négo avec Wohlers, emballé c'est pesé, les journalistes sont appelés et la nouvelle officialisée. Avant que tout cela ne tourne au fiasco médiatique et finisse en mésentente coriace.

Liechtenstein Papers


Quelques jours plus tôt, le 2 février 1990, le tabloïd danois Ekstra Bladet titre sur la sélection nationale et son homme fort. Un titre sensationnaliste à souhait : " Sepp détient un compte dans un paradis fiscal ! " En fait, c'est un compte au Liechtenstein, déclaré, qui ne pose pas de problèmes apparents. Pour autant, ni une, ni deux, Piontek démissionne le soir même. Il explique alors sa déception : " Si on commence à me demander si je paye des impôts pour ci et ça, combien j'ai économisé grâce à cette boulette de viande pendant un voyage avec la DBU (la fédé danoise) […], je ne veux alors plus en faire partie. J'ai aussi une dignité à préserver. " En principe, le technicien a son successeur tout désigné. Le fidèle second, Richard Møller Nielsen, attend son heure. Mais au sein de la DBU, il y a quelques réticents, comme celui qui glisse à qui veut l'entendre d'après les auteurs du livre Danish Dynamite que " sa grand-mère ferait un aussi bon travail avec l'équipe olympique ". Après une réunion de travail, on annonce donc à la Fédé qu'on recherche un homme d'expérience et qu'on va plutôt se tourner vers l'étranger. Les Danois sont exclus de…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant