Danilson Da Cruz : "Deux victoires pour monter en Ligue 2"

le
0
Danilson Da Cruz : "Deux victoires pour monter en Ligue 2"
Danilson Da Cruz : "Deux victoires pour monter en Ligue 2"

Leader du championnat de National, Danilson Da Cruz et le Red Star affrontent l'US Avranches lors de la 29e journée. À égalité de points à six journées de la fin avec le Paris FC, les pensionnaires du Stade Bauer tenteront de se rattraper après la défaite face à Strasbourg la semaine dernière à la Meinau.

Vous avez perdu face à Strasbourg la semaine dernière. Comment ça s'est passé pour vous ? On n'a pas trop broyé du noir parce que ça faisait 5 mois qu'on n'avait pas perdu donc bon, on a relativisé très rapidement. Malheureusement pour nous, on ne les a pas mis à 10 points, ils reviennent à 7 points de nous, mais on ne les a pas relancés dans la course à la montée, par rapport à nous en tout cas. De notre côté, on ne doute pas. Il reste six matchs avant la fin du championnat, on reçoit quatre fois, donc on est plutôt sereins, on a notre destin entre nos mains.
La montée est bientôt assurée, non ? Bah là, on reçoit deux fois consécutivement (Avranches et Chambly, ndlr). Si on prend les 6 points, je pense que la montée sera acquise. En tout cas, je pense que deux victoires, pas forcément dans les deux prochains matchs, nous permettront de monter en Ligue 2.
Qu'est-ce qu'il faudrait pour qu'elle ne se concrétise pas, cette montée ? Une prise de confiance excessive ? Non, je ne pense pas. On a un vestiaire assez mature, avec pas mal d'expérience. Si on ne monte pas, ça sera uniquement de notre faute. Il ne faut pas qu'on s'enflamme.
Quel était l'objectif annoncé en ce début de saison ? C'était clairement la montée ! Et c'est pour ça d'ailleurs que j'ai décidé de rejoindre le Red Star en début de saison.
Uniquement pour cette raison ? À la base, je voulais jouer à l'étranger. Et si je devais rester en France, l'objectif était de rester en région parisienne. Vu que le Red Star s'est montré très intéressé, j'ai décidé de m'engager avec eux, surtout en voyant les joueurs qui avaient signé avant moi, comme David Bellion par exemple. Je connaissais aussi pas mal de joueurs, donc ça m'a motivé. Mais surtout parce que l'objectif était de monter. C'était la dernière année pour le président pour que le club monte à l'échelon supérieur.
Tu ne t'es pas senti en régression en signant en National ? Non, absolument pas. C'était plus redescendre pour mieux rebondir. Je suis resté à Créteil pendant 5 ans, j'ai fait un peu le tour et j'avais envie de voir autre chose. On m'avait…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant