Danilo brillant rejoint les étoiles

le
0

Et un gros transfert de plus pour Porto et le Real. Danilo filera dans la capitale espagnole à la fin de la saison. Coût de la transaction : 31,5 millions d'euros. Beaucoup d'oseille et autant de questions.

Mercredi matin, Funchal. Les joueurs du FC Porto atterrissent sur l'une des pistes d'aéroport les plus flippantes du monde dans le cadre du déplacement sur la pelouse de Maritimo comptant pour la demi-finale de la Coupe de la Ligue portugaise. Plusieurs dizaines de supporters attendent les hommes de Lopetegui à la sortie, ou plutôt un seul. Danilo, latéral droit de 23 ans, est accueilli comme une recrue star. Ce qu'il est réellement depuis minuit et des poussières le même jour, moment choisi par le Real Madrid pour officialiser le transfert du joueur du Dragão à la Casa Blanca. Comme d'habitude, les négociations avec Pinto da Costa ont un prix, 31,5 millions d'euros (le tarif "défenseur de luxe", puisque Pepe et Carvalho ont quitté le club pour des sommes similaires), soit une plus-value de 18,5 millions d'euros (les 3 millions supplémentaires en commissions n'étant pas compris dans les comptes).

C'est beaucoup, mais c'est aussi plus réaliste que le prix de Mangala, si l'on prend en compte ses prestations et son nouveau statut de titulaire indiscutable en Seleção où il fait désormais l'unanimité au poste jadis occupé par son idole, Cafu. À Madrid, il essayera de s'approcher du niveau du meilleur latéral droit de l'histoire en faisant parler sa vitesse, sa puissance, son endurance, sa qualité de passe, son mental et sa rigueur tactique. Tant de qualités auxquelles Florentino Pérez et Carlo Ancelotti n'ont visiblement pas été insensibles. Reste à savoir si cela sera suffisant pour s'imposer au Real Madrid et résister à la pression folle qui entoure l'institution.
Concurrence avec Carvajal, bye bye Arbeloa ?
Une chose est sûre, Danilo se devait de partir afin de poursuivre sa progression, ce que le championnat portugais et ses quelques matchs à haute intensité par saison n'allaient bientôt plus pouvoir lui offrir. À Porto, le natif de Bicas a évolué au sein d'une parfaite machine de transition qui lui a fait connaître la pression, l'hostilité d'un Classico et l'envie de gagner chaque match. Mais il a aussi oublié ce qu'était la concurrence au sein d'une même équipe. Dépourvu de doublure chez les Dragons, Danilo devra s'acclimater à la rude concurrence que lui offrira sans doute Dani Carvajal avant d'essayer de le pousser sur le banc. À moins qu'il ne soit condamné à jouer les roues de secours de luxe, tel un Coentrão sur le flanc gauche (ce qui ferait…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant