Danic a hâte de se jauger avec Lyon

le
0
Danic a hâte de se jauger avec Lyon
Danic a hâte de se jauger avec Lyon

Gaël Danic, peut-on dire aujourd'hui que vous êtes la première recrue de la saison de l'Olympique Lyonnais ?Oui, on peut le dire. Il reste un ou deux petits détails, mais, a priori, c'est bon. Franchement, c'est une grande fierté. Car, sans manquer de respect aux clubs dans lesquels je suis passé, je n'ai jamais eu la possibilité de jouer dans un club du standing de l'Olympique Lyonnais. Je suis fier, premièrement, et de deux, je suis content car ça récompense un peu le travail que j'ai pu fournir depuis cinq ans avec Valenciennes. J'ai montré que je progressais d'année en année, et j'espère le faire encore avec l'Olympique Lyonnais. Ne commenciez-vous pas à un peu trouver le temps long à voir ces années défiler sans avoir l'opportunité de goûter à un grand club français ?C'est vrai que le temps était un petit peu long. Mais pendant que j'étais à Valenciennes, j'avais quand même eu des contacts à une époque avec Bordeaux, qui venait d'être champion de France. Donc j'avais déjà montré à cette époque-là que je pouvais prétendre à des clubs plus huppés que Valenciennes. C'est d'ailleurs Valenciennes qui avait mis son veto. Mais c'était une première phase qui m'avait permis de me dire que ce que je faisais, ça plaisait. Et aujourd'hui, c'est une concrétisation du travail qui a été fait. Mais ce n'est pas une fin en soi. Faire partie de l'Olympique Lyonnais, c'est déjà un premier pas, une très bonne chose. Maintenant, il faut s'y imposer et je vais tout faire pour.A la fin de la saison, vous êtes-vous dit que vous n'étiez plus prêt désormais à laisser passer cette opportunité de rejoindre un gros de L1 ?Oui, c'est sûr. La saison précédente, déjà, j'avais un deal avec le président Jean-Raymond Legrand, qui était que si jamais un club qui jouait les cinq premiers rôles se présentait pour moi, le président serait ouvert à la discussion. Si tant est évidemment qu'il trouve un accord avec le club en question. L'occasion s'est présentée avec les différents clubs que j'ai pu avoir, et ils se sont mis d'accord avec Lyon. Et ça n'en est que positif pour moi.

« J'ai ma petite idée? »

Vous étiez courtisé par Lille, Saint-Etienne, Rennes, votre club formateur, et donc Lyon. Doit-on en déduire que lorsque l'OL se trouve dans la balance, il n'y a pas d'hésitation à avoir ?Non, je n'ai pas forcément hésité parce que? (Il coupe) En fait, je dirais que mon choix était soit sportif, donc c'était Lyon ou Saint-Etienne, soit affectif, donc Rennes, soit géographique avec Lille. Maintenant, moi, à mon âge (ndlr : il a 31 ans et en aura 32 en novembre prochain)? Quand on fait ce métier-là, on aspire à jouer le plus haut possible. Et Lyon, avec la possibilité de jouer la Ligue des Champions à mon âge et compte tenu du passé que j'ai, puisque j'ai toujours joué le maintien, je n'ai effectivement pas hésité à ce niveau-là. Moi, ce que je vais aimer, c'est de voir ce que je vaux dans une équipe comme Lyon. Car j'ai montré de belles qualités dans les clubs où je suis passé, mais ça ne restait que Valenciennes ou Troyes? Maintenant, est-ce que je vais être capable de le faire dans un club comme Lyon ? J'ai hâte d'y être. J'ai ma petite idée, mais?On vous écoute?Non, mais ce que je veux dire, c'est que je sais les qualités que j'ai et je pense que j'ai la possibilité de m'imposer. Après, on n'est pas à l'abri de concours de circonstances qui feront que je me suis trompé. Mais si j'y vais déjà défaitiste, à ce moment-là, il ne fallait surtout pas que je signe là-bas. Les premiers mots que vous a tenus Rémi Garde vous ont-il mis en confiance par rapport à ce qu'il vous attend à Lyon ?Oui, tout à fait. Je l'ai eu au téléphone et il m'a dit que j'étais un des joueurs dont le profil l'intéressait beaucoup. Un gaucher pour jouer à gauche. Il m'a dit que les qualités que j'avais étaient celles qu'il recherchait.

« Les gens attendaient peut-être de voir si j'allais confirmer »

Lorsque vous vous êtes blessé en début d'année, avez-vous craint que les meilleurs clubs français vous passent une nouvelle fois sous le nez ?Non, je n'ai jamais eu cet état d'esprit. En fait, moi, quand je démarre une saison, je ne suis pas là à tirer des plans sur la comète. Car je pense que c'est le meilleur moyen de passer à travers sa saison que d'anticiper les choses. Je partais du principe qu'il fallait que je sois le meilleur possible pour Valenciennes à tous les matchs que j'allais jouer. Et dans la mesure où je suis un joueur offensif, que je dois le plus décisif possible. Après, à partir du moment où je me concentrais sur mes matchs et que je faisais une bonne saison avec Valenciennes, je savais que j'aurais plus de chances d'avoir des opportunités d'aller voir au-dessus. Mais, encore une fois, l'objectif était vraiment de se concentrer sur moi-même avant tout. Que vous soyez blessé ou non ?Pour ce qui est de ma blessure, l'objectif quand je me suis blessé était vraiment de revenir le plus vite possible pour aider mon équipe, car, à ce moment-là, on avait un peu de mal. Ce n'était pas évident car, à la base, je devais être plâtré ou avoir une résine pendant un mois. Et, moi, au bout de cinq semaines, j'avais déjà repris la compétition. Génétiquement parlant, j'ai des parents qui m'ont donné une force à ce niveau-là (rires). Le reste fait peut-être partie de mon caractère, à savoir qu'au début, je serrais un peu les dents, mais l'objectif était de revenir le plus vite possible, même si, moi, par moments, je sentais une certaine douleur. Mais c'est le tempérament qui veut ça (rires).Comment analysez-vous le fait d'intégrer votre première équipe du Top 3 français à seulement 31 ans ?Il y a une question d'opportunités, mais depuis que je suis à Valenciennes, je progresse année après année et j'augmente aussi au niveau des statistiques. Peut-être que les premières saisons, les gens attendaient de voir si j'allais confirmer. Et c'est peut-être cette confirmation qui fait que j'ai eu aujourd'hui cette opportunité.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant