Dani Alves, le consigliere

le
0
Dani Alves, le consigliere
Dani Alves, le consigliere

À 32 ans, après près de 600 matchs en Europe dont 350 sous les couleurs du Barça, bien assis sur une montagne de 25 trophées dont 5 coupes d'Europe, Dani Alves est encore là et continue à se nourrir de l'adversité, des doutes et des critiques. Comme il le dit si bien, l'arrière droit à la créativité de 10 " continue à en emmerder plus d'un ". Au point de réclamer une place parmi les plus grands de l'histoire, entre Pelé et Messi. Et s'il avait raison ?

C'est l'histoire d'une réunion de famille. Mais cela pourrait être une réunion d'affaires, aussi. Au bout de la table ovale, où se situe aussi le centre de la pièce, un homme attire l'attention de tous. Il est chauve mais jeune, parle catalan et porte une cravate fine. Si son charisme s'impose, sa voix reste douce. Autour de la table, une trentaine de jeunes hommes à l'apparence athlétique se tiennent assis, serrés dans leur costume officiel. Cette famille, c'est celle du Barça le plus dominant de l'histoire, qui a commencé sa domination en septembre 2008 et qui continue à l'exercer encore aujourd'hui. Si elle s'étale aujourd'hui sur plusieurs générations, cette famille a une origine – Pep Guardiola – et un sens – perpétuer la domination.

Mais personne n'est éternel. Tour à tour, comme dans toutes les familles et comme dans toutes les affaires, les fils, associés, cousines, fournisseurs, oncles, investisseurs et tantes partent. Carles Puyol est parti. Xavi, aussi. Víctor Valdés, également. Certains sont partis tôt, comme Rafael Márquez ou Yaya Touré. D'autres sont arrivés plus tard et sont repartis plus tôt, comme Cesc Fàbregas et Alexis Sánchez. Peu importe, parce que tout le monde part. Même Pep Guardiola. La question, ici, est donc de savoir quelle place occupera Dani Alves autour de cette table au moment de partir.

Aux côtés de Messi et Pelé, au calme


" Le football et le journalisme n'ont pas de mémoire, mais si tu jettes un coup d'œil derrière, tu peux voir que je suis le meilleur passeur décisif pour Messi au Barça. Ça, c'est de l'histoire. Sur le 400e but de Messi, le centre était de moi. Lors du premier Mondial des clubs du Barça, le but décisif de Messi venait aussi de l'un de mes centres. J'accumule ce genre de choses. Les gens n'y pensent pas, mais pour moi, c'est comme un album personnel ", racontait Dani Alves la saison passée dans un long entretien accordé au quotidien barcelonais La Vanguardia. " Quand on prendra notre retraite, on dira : qui a été le plus grand de l'histoire du football ? Messi. Et qui lui donnait la balle ? Dani. Mon nom sera là, ça en fera chier plus d'un, mais il sera bien là. Par exemple, au Brésil, je ne veux pas me lancer des fleurs mais Après Pelé, je suis le Brésilien qui a gagné le plus de titres. Et pourtant je suis toujours remis en question. C'est fou " Loin des terrains, la voix de Dani Alves est aussi sincère qu'un…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant