Dangers des pesticides et solutions de remplacement

le
2

Devenus indispensables à l’agriculture, les pesticides sont pourtant dangereux pour l’homme comme son environnement. Les évidences médicales se multiplient et les chercheurs tirent la sonnette d’alarme. Il est temps de trouver des alternatives moins polluantes.

Un problème de santé publique

Les produits phytosanitaires sont les pesticides les plus couramment utilisés pour l’agriculture. L’appellation « phytosanitaire » signifie que la substance sert à protéger les plantations des parasites. Pourtant, les pesticides ne sont pas sans danger pour la santé ! Les études montrent que les enfants sont principalement touchés par ces produits. Un enfant absorbe en effet 3 à 4 fois plus de nourriture qu’un adulte en raison des besoins liés à sa croissance. Tout aussi alarmant, les pesticides peuvent provoquer des fausses couches ou des malformations du fœtus.
L’environnement est lui aussi menacé par les pesticides. Mal employés, ils peuvent contaminer des espèces d’animaux ou d’insectes. Par exemple, on estime qu’aux États-Unis, un tiers des abeilles a disparu pendant l’hiver 2012-2013. Si aucune explication n’a été avancée avec certitude, l’effet nocif des pesticides est la thèse la plus probable.
Cependant, les experts rencontrent toujours des difficultés pour quantifier la part de responsabilité des pesticides dans l’émergence d’une maladie. Certains de leurs composants, comme le soufre ou la nicotine, étaient déjà utilisés dans l’Antiquité sans avoir provoqué de dommages connus. De plus, au sein de l’Union Européenne, une réglementation existe depuis 1993 pour contrôler l’usage des pesticides.

Des solutions vertes

Les pesticides sont dangereux, mais indispensables à une production agricole rentable. Au lieu de leur interdiction, c’est donc la question de leur remplacement qui se pose. Même si elles sont encore peu investies, il existe des produits antiparasitaires naturels. Depuis la Loi d’Avenir Agricole 2014, le vinaigre ou l’argile sont notamment présentés comme des solutions écologiques.
La réduction de consommation de pesticides peut également se faire en se basant sur le calendrier agricole. Les attaques d’insectes étant plus fréquentes à certaines périodes de l’année, il est possible de planifier ses semis. Il est également préférable de varier les plantations pour choisir les plus résistantes. Le recours aux OGM reste encore très controversé, mais il s’agit bien d’une alternative.

Trucs et astuces

Rappelez-vous que les pesticides sont polluants principalement lorsqu’ils sont mal employés. Si vous y avez recours, lisez avec attention leur mode d’emploi. Ne les utilisez jamais aux abords de points d’eau et ne les laissez pas à la portée des enfants. Une fois le contenant vidé, amenez-le dans un centre agréé comme une déchetterie.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jmlhomme le mardi 5 avr 2016 à 08:54

    Cet article est de la desinformation sur le fait qu'il fait croire à la rentabilité des pesticides. Il n'en est rien. Ce ne sont pas les memes qui payent c'est tout, ni les memes qui trinquent.

  • lm123457 le lundi 4 avr 2016 à 22:35

    Je cite : "Les pesticides sont dangereux, mais indispensables à une production agricole rentable.". ben juste si on refuse de payer un peu plus cher sa salade ! Cet article est id.iot car des économistes ont ontré que (au RU=UK, où je connais une étude précise), les revenus des fermiers sont égaux aux subventions et aussi égaux aux externalités négatives (le coût des pollutions). Donc quand vous achetez une salade issue d el'agriculture chimique 1E, vous en payez en fait 2E ailleurs !