Danemark-Le Parti populaire exige un référendum sur l'UE

le , mis à jour à 14:31
1

COPENHAGUE, 19 juin (Reuters) - Le Parti populaire danois (Dansk Folkepart, DF), formation politique eurosceptique arrivée deuxième aux élections législatives danoises de jeudi, exige qu'un référendum sur le maintien du Danemark dans l'Union européenne soit organisé en contrepartie de sa participation à un gouvernement de centre droit. Le DF a enregistré une progression spectaculaire aux législatives, arrivant derrière les sociaux-démocrates de la Première ministre Helle Thorning-Schmidt qui n'ont pas obtenu suffisamment de sièges pour rester au pouvoir. Le bloc de centre droit devrait former un gouvernement de coalition emmené par le libéral Lars Løkke Rasmussen. "Nous sommes plutôt satisfaits d'être en dehors du gouvernement. C'est à Rasmussen de choisir s'il veut une coalition large ou pas", a déclaré à Reuters Søren Espersen, vice-président du DF. "M. Rasmussen a très envie de nous avoir avec lui. Cela sera très difficile pour lui de gouverner si nous n'entrons pas au gouvernement, c'est à lui de voir." Il n'a pas échappé au DF qu'ailleurs en Europe d'autres formations populistes ont vu leur popularité s'effriter après s'être alliées à des partis de gouvernement. Rester en marge pourrait paradoxalement accorder davantage d'influence au parti anti-immigration. Le DF a fixé quatre grandes priorités auxquelles il a prévenu qu'il ne dérogerait pas. Il souhaite que les Danois puissent se prononcer sur l'appartenance du royaume à l'Union européenne uniquement si la Grande-Bretagne fait de même après avoir renégocié ses relations avec le bloc. S'il souhaite réformer l'Union, le DF n'a cependant l'intention d'en sortir. Il entend également rétablir les contrôles aux frontières, supprimés depuis que le Danemark a intégré la zone de Schengen au sein de laquelle il est possible de se déplacer sans présenter de passeport. Le DF veut durcir l'encadrement de l'immigration mais aussi augmenter les dépenses de l'Etat, bien plus que ne l'avaient promis les sociaux-démocrates lors de leur campagne électorale. Helle Thorning-Schmidt a formellement remis sa démission vendredi à la reine. Elle avait auparavant quitté son poste de dirigeante des sociaux-démocrates. (Sabina Zawadzki,; Nicolas Delame pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M940878 le vendredi 19 juin 2015 à 14:34

    la contagion s'installe