Dan Carter : « Je ne suis pas le seul leader »

le
0

Dan Carter est apparu souriant mais concentré avant la finale de Champions Cup du Racing 92 face aux Saracens ce samedi (17h45). Le demi d’ouverture sait qu’il a un rôle important à jouer pour mener son équipe à la victoire mais compte aussi sur les autres leaders du vestiaire francilien.

Dan Carter, comment vous sentez-vous avant cette finale ? C’est l’heure, nous y sommes, au sommet du rugby européen, une des raisons qui m'ont poussé à venir ici. Je suis très fier d'avoir atteint personnellement la finale mais surtout pour l'équipe. Nous n'avons encore rien gagné mais nous avons bien fait le boulot jusqu'à présent. Le plus dur est à venir face à une très bonne équipe des Saracens. Et au niveau physique, vous serez à 100 % ? C’est vrai que j’ai été ménagé durant les dernières semaines mais cette semaine j’ai participé à chaque session. J’ai assez joué durant le reste de la saison pour savoir où j’en suis. J’ai un peu d’expérience. Nous avons des automatismes. J’essaie juste de bien me préparer et de me concentrer pour ce match. Est-ce votre meilleure saison de votre carrière ? Oui, c’est vrai que mes quatorze derniers mois ont été assez particuliers pour moi avec certains objectifs que je m’étais fixé. Que ce soit avec les All-Blacks ou le Racing 92, j’ai eu la chance à chaque fois d’évoluer avec des supers joueurs dans de très bonnes équipes. Que pensez-vous du niveau du rugby européen ? C'est une compétition fantastique, je l’ai vu depuis que j'ai joué ici il y a sept ans (en 2008-2009 à Perpignan ndlr.). Je me suis rendu compte que le niveau était bien plus élevé qu'en Top 14. Dès que l’on est en phase finale, cela monte encore d'un cran. L'atmosphère et la foule autour de ces matches sont incroyables, les supporters sont encore plus chauds. En tant que joueur, ce sont des moments que je voulais vivre et je suis très chanceux de pouvoir le faire cette année avec le Racing. « Il faut arriver demain sans avoir de surprise pour pouvoir finir le boulot » Qu’avez-vous fait ce matin pour préparer la rencontre ? J’avais juste besoin de me familiariser avec le stade. Mais il est assez similaire à ce que j’ai déjà connu, il n’y a pas beaucoup de différence. C’est important de pouvoir visualiser. Il faut arriver demain sans avoir de surprise pour pouvoir finir le boulot. Pour moi c’était important d’avoir déjà buté dans le stade avant le match. C’est ma préparation habituelle, c’est normal. Par contre ce n’est pas quelque chose que je fais les matins de match. L’équipe est très excitée de jouer dans ce stade. Il est vraiment fantastique. Quel est le rôle des joueurs comme vous ou Chris Masoe avant ce genre de match ? Il faut toujours profiter de l’expérience de joueurs qui ont déjà connu ce genre de rendez-vous car c’est un moment historique pour le club. C’est bon pour les autres joueurs de compter là-dessus. Avec la pression, notre apport est primordial mais je ne suis pas le seul leader. Beaucoup de paroles vont nous aider. C'est précieux, pour les autres joueurs, de se nourrir des quelques conseils donnés par ces joueurs qui ont déjà vécu des matchs à pression. C’est important d’avoir ce genre de joueurs avant la finale. Que pensez-vous de votre adversaire direct, Owen Farrell ? C’est un vrai compétiteur, il aime se jeter dans le combat et il est extrêmement physique. C’est un grand buteur et il sera le guide de son équipe. Il va punir nos erreurs. Ce qui est sûr, c’est que ce sera aussi important pour nous d’avoir un bon buteur pour remporter le match…
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant