Damien Perquis : "Je suis plutôt chien, campagne et chevaux"

le
0
Damien Perquis : "Je suis plutôt chien, campagne et chevaux"
Damien Perquis : "Je suis plutôt chien, campagne et chevaux"

Arrivé dans la foulée de Philippe Montanier à Nottingham Forest cet été après une aventure en MLS, Damien Perquis récupère la patate dans un calme retrouvé après une période difficile sur le plan personnel. Entre l'idée d'arrêter le foot et un confort qui lui a posé des questions. Pause fraîcheur avec le trentenaire.

Il y a quelques mois, tu expliquais qu'au moment de ton départ pour Toronto en janvier 2015, tu avais perdu le goût du foot, que tu étais moins bien dans ta tête. Pourquoi ?
Je venais de connaître une année très compliquée au Bétis au niveau sportif et personnel, avec une grosse blessure à la mâchoire (le 3 novembre 2013, lors d'une défaite à Málaga 2-3, Perquis était sorti d'un duel aérien avec une commotion cérébrale, une perte de conscience temporaire et une double fracture de la mâchoire, ndlr). On venait de descendre en deuxième division. La saison suivante, je commence par jouer et, pour des raisons contractuelles, j'ai été sorti de l'équipe. Il fallait que je trouve une solution, mais tous ces événements m'avaient enlevé le plaisir de jouer.

Youtube

Tu as pensé à arrêter le foot à un moment donné ?
Oui, j'y ai pensé après ma blessure à la mâchoire. C'était un moment difficile. Là, ce n'était pas une simple blessure aux ischios.

Comment on se relève de ces périodes-là ?
"Pendant ma blessure, je n'étais plus vraiment un footballeur, j'étais sorti de cette bulle-là et j'ai retrouvé une vie normale. Ce sont des moments où tu peux retrouver les vrais amis, ceux sur qui tu peux compter."
Il y a peu, j'écoutais une interview de Víctor Valdés qui expliquait qu'au moment de

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant