Damien Da Silva, l'oublié du Haillan

le
0
Damien Da Silva, l'oublié du Haillan
Damien Da Silva, l'oublié du Haillan

Damien Da Silva régale depuis 2015 les supporters du Stade Malherbe de Caen. Moins que Bazile, Koita ou Féret, mais suffisamment pour qu'on s'intéresse de plus en plus à lui. Le défenseur est pourtant victime d'une vague d'amnésie dans son club formateur

À Caen, désormais, on le connait bien. Parce que depuis le début de la saison, il casse tout sur son passage. Lui, c'est Damien Da Silva. Défenseur central de profession, et 80 kilos de muscles, pour une solidité à toute épreuve. Arrivé sur la pointe des pieds en juin dernier en provenance de Clermont, en Ligue 2, il est aujourd'hui une valeur sûre du marché, n'étant pas pour rien dans la très grande forme normande depuis 2015. Le garçon assure derrière et c'est un sacré pari, réussi par Gravelaine et sa bande. Passé successivement par Rouen (National), Châteauroux (L2) et Niort (L2), il a aussi usé ses crampons lamellés à Bordeaux. Là où tout commence, même. Né à Talence, dans sa proche banlieue, Da Silva y fréquente le centre de formation, qui le façonne. Pourtant, c'est là qu'est le hic. Peu de gens au club savent que la révélation normande est sortie du Haillan. Marius Trésor s'en souvient, mais il ne l'a "jamais eu en CFA" avec lui. D'autres croient qu'il s'agit du chanteur, ou du jardinier de la plaine. Pas évident, donc, de trouver trace, là-bas, de ce – presque – jeune homme de 26 ans.
Un destin à la Paul Baysse
Mais il a bel et bien arpenté les vertes pelouses bordant le château girondin. C'était en 2005, pour la dernière fois. Entré au centre en 1993, cet axial polyvalent a quand même laissé quelques traces. Et pas que sur les tibias des adversaires. "C'était un joueur très discret, se souvient d'abord Pascal Mirande, son éducateur en U14 Fédéraux et en U15 Régionaux, chez les Marine et Blanc. Il était très combatif, très dur dans le duel. Il jouait milieu défensif. La rapidité n'était pas son point fort, mais il ne lâchait rien, car il possédait un gros mental. Il pouvait être en difficulté techniquement, mais il compensait par un placement très intelligent. Je ne comprends pas pourquoi on ne s'est pas battu pour le garder." Un peu à l'image d'un Paul Baysse, finalement, plutôt bon à Saint-Étienne. Les propos sont francs, et l'interrogation sincère. "Bon, c'est sûr qu'il n'était pas très explosif, mais il était puissant, nuance le technicien. Très bon de la tête, c'était un joueur de devoir et un très bon tacleur, propre et rigoureux. Je ne suis pas surpris de sa réussite, parce que j'y ai toujours cru. Et je n'étais pas le seul "
Costil en cauchemarde encore
Devenu...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant