Damien Chouly : " Ça va monter crescendo "

le
0
Damien Chouly : " Ça va monter crescendo "
Damien Chouly : " Ça va monter crescendo "

De retour à Marcoussis mardi, les Bleus retrouvent cette semaine une dernière fois les terrains avant le grand départ vers l'Angleterre programmé samedi. Histoire de " régler les derniers détails " selon le troisième ligne clermontois Damien Chouly, pendant que l'ambiance change petit à petit à l'approche de l'événement.

Damien Chouly, êtes-vous impatients d’être à samedi et de vous envoler vers l’Angleterre ?
Oui. Ça fait maintenant plus de deux mois qu’on se prépare. On vient de finir les matchs de préparation et je pense que quand on va arriver samedi à Londres on va sentir la Coupe du monde qui arrive, qui démarre. On va ressentir l’atmosphère.

Vous exprimez une certaine impatience après ces deux mois de préparation…
Oui, tout ce qu’on a fait depuis le 6 juillet, c’est pour être prêt la semaine prochaine. Donc maintenant on a hâte que ça commence.

Est-ce que l’ambiance a un peu changé dans le groupe à l’approche des choses sérieuses ?
On le sent un petit peu et je pense que ça va monter crescendo d’ici la fin de semaine. Là, on sort de deux jours de repos, on n’a repris qu’hier (mardi). Je pense que ça va monter un peu en intensité cet après-midi (ndlr : mercredi après-midi). Au fur et à mesure que le départ va approcher, on va se tourner encore plus vers ce match de l’Italie (ndlr : premier match des Bleus dans la Coupe du monde, le samedi 19 septembre). Dans les têtes, chacun de nous sait que le prochain match, c’est la compétition, c’est le premier match de poule. Jusque-là ce n’était pas le cas puisqu’on était tourné vers le match de préparation suivant. Maintenant, c’est parti !

Chouly et l’état d’esprit du 6 juillet

Ça fait deux mois que vous êtes ensemble, vous allez peut-être encore passer deux mois ensemble. Que faut-il faire pour éviter des crispations entre joueurs ?
Il faut garder le même état d’esprit que depuis le 6 juillet, c'est-à-dire travailler fort les uns pour les autres. Chacun devra tenir son rôle. Pour l’instant il n’y a pas d’ombre au tableau. On verra ensuite quand on sera dans la compétition. Bien sûr, ce ne sera pas simple, il y aura certainement des moments difficiles, comme des bons moments. Il faudra rester soudés et ne pas perdre de vue l’objectif.

Arrivez-vous à cette Coupe du monde avec assez de certitudes ?
Oui, j’ose le croire. On s’est bien préparé. Même si tout n’a pas été parfait sur ce dernier match face à l’Ecosse, on a encore dix jours pour régler les derniers détails et être fin prêts face à l’Italie.

Quel a été le discours de Philippe Saint-André après l’Ecosse ? Vous a-t-il rassurés ?
On a vu ce qui a été et ce qui n’a pas été contre l’Ecosse. Il y a pas mal de petits détails à régler, pour différentes raisons. On est assez lucides là-dessus. A la sortie du match, on savait que la copie n’était pas aussi bonne que ce que l’on espérait. On est retourné dès hier sur le terrain avec l’objectif de monter le niveau parce que maintenant ce ne sera plus des matchs de préparation.

Ce mercredi, le public, notamment les enfants, viennent à votre rencontre. Est-ce important pour vous ?
Bien sûr. C’était le cas aussi à Tignes où on a été au contact du public pendant dix jours. C’est sympa parce qu’ici à Marcoussis, on est quand même un peu à l’écart et un peu cloitrés. Sentir la ferveur autour de nous c’est agréable, surtout à quelques jours du départ.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant