Damas serait prêt à suspendre le pilonnage d'Alep - De Mistura

le
0

NATIONS UNIES, 17 février (Reuters) - Le gouvernement syrien serait prêt à suspendre ses bombardements sur la ville d'Alep afin d'y tester la mise en oeuvre d'un cessez-le-feu, a déclaré mardi le médiateur des Nations unies sur la Syrie Staffan de Mistura. L'armée gouvernementale cesserait de pilonner la grande ville du nord du pays et les opposants seraient invités en retour à suspendre leurs tirs de mortiers et de roquettes, a-t-il expliqué. "Le gouvernement de Syrie m'a indiqué qu'il était disposé à cesser tous ses bombardements aériens (...) et ses pilonnages d'artillerie pendant une période de six semaines sur toute la ville d'Alep à partir d'une date que nous annoncerons de Damas", a déclaré le diplomate aux journalistes après avoir informé le Conseil de sécurité. Staffan de Mistura a ajouté qu'il se rendrait en Syrie dès que possible. "Je n'ai pas d'illusions parce qu'en raison des expériences passées, ce sera une mission difficile à accomplir", a-t-il dit. "Les faits sur le terrain montreront si le cessez-le-feu tient et peut être réproduit ailleurs." L'ambassadeur de Syrie aux Nations unies, Bachar Djaafari, n'a pas souhaité faire de commentaire. Staffan de Mistura travaille depuis octobre dernier pour essayer d'obtenir des cessez-le-feu locaux en Syrie, en commençant par Alep. Il a déclaré au Conseil de sécurité s'être entretenu longuement avec le président syrien Bachar al Assad durant une récente visite dans le pays, ont indiqué des diplomates. Alep est depuis des mois le théâtre de combats acharnés entre les forces gouvernementales et divers groupes armés de l'opposition, des nationalistes aux brigades islamistes en passant par le Front Al Nosra, affilié à l'organisation djihadiste Al Qaïda. L'armée loyaliste, épaulée par des milices, a conquis récemment plusieurs villages autour de la grande ville du Nord dans le but de l'encercler et de couper les voies d'approvisionnement des rebelles, a déclaré mardi l'Observatoire syrien des droits de l'homme. ID:nL5N0VR1N5 "Chaque fois qu'il y a une proposition de cessez-le-feu (...), l'histoire a montré qu'il y a en quelque sorte une accélération (des combats) pour améliorer ses positions. Je redoute que ce soit le cas", a déclaré Staffan de Mistura. Plus de 210.000 personnes ont péri dans le conflit syrien, qui entrera dans sa cinquième année le mois prochain. (Michelle Nichols; Nicolas Delame et Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant