Damas rejette toute condition préalable à des pourparlers

le
0
    BEYROUTH, 6 février (Reuters) - Le gouvernement syrien 
rejette toute condition préalable à des pourparlers de paix avec 
l'opposition, a déclaré samedi le ministre syrien des Affaires 
étrangères Walid Moualem.  
    L'opposition réclame des gestes humanitaires de la part de 
Damas afin d'établir la confiance entre les deux camps.  
    Les pourparlers de Genève III ont été suspendus mercredi 
dernier et jusqu'au 25 février en raison de l'offensive lancée 
quelques jours plus tôt dans la région d'Alep par les forces 
gouvernementales, avec le soutien aérien de la Russie.  
    Lors d'une conférence de presse à Damas, Walid Moualem a 
assuré que son gouvernement avait abordé les entretiens de 
Genève sans poser de conditions, contrairement à ses opposants.  
    Il s'est également félicité des gains récents de l'armée 
syrienne et ses alliés dans la région d'Alep et le sud de la 
Syrie.   
    Interrogé sur la volonté annoncée par l'Arabie saoudite 
d'envoyer des troupes au sol en Syrie si la coalition conduite 
par les Etats-Unis décide de lancer de telles opérations, le 
chef de la diplomatie syrienne a dit espérer que Ryad entendrait 
le "langage de la raison". Mais, a-t-il ajouté, "la folie des 
dirigeants saoudiens implique que rien n'est exclu".  
 
 (Jean-Stéphane Brosse pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant