Damas rejette les accusations américaines sur un incinérateur

le
2
    BEYROUTH, 16 mai (Reuters) - Le régime syrien a démenti 
mardi les accusations américaines selon lesquelles un 
incinérateur a été construit dans l'une de ses prisons dans le 
but de faire disparaître les corps de détenus exécutés. 
    L'administration américaine a conçu "une nouvelle histoire 
hollywoodienne sans rapport avec la réalité" en affirmant qu'un 
crématorium avait été bâti dans la prison militaire de Sednaïa, 
près de la capitale Damas, affirme le ministère syrien des 
Affaires étrangères, dans un communiqué diffusé par l'agence de 
presse officielle SANA. 
    Selon Stuart Jones, secrétaire d'Etat adjoint américain aux 
affaires proche-orientales, l'incinérateur en question pourrait 
servir à éliminer toute trace des corps des milliers d'opposants 
qui ont été détenus, torturés et exécutés depuis six ans dans ce 
centre pénitentiaire. 
    "Des sources dignes de foi pensaient que beaucoup de ces 
corps avaient été inhumés dans des fosses communes", a dit 
Stuart Jones à la presse. 
    "Nous pensons maintenant que le régime syrien a installé un 
crématorium dans le complexe de la prison de Sednaïa qui permet 
de se débarrasser des restes des détenus en laissant peu de 
traces", a-t-il poursuivi, photos aériennes de la prison à 
l'appui. 
    Les atrocités commises à Sednaïa, à 30 km au nord de Damas, 
ont valu à la prison d'être surnommée l'"abattoir humain" par 
Amnesty International, dans un rapport publié en début d'année. 
L'ONG estime que jusqu'à 13.000 opposants y ont été sommairement 
exécutés pendant les quatre premières années du conflit. Le 
gouvernement syrien nie torturer et exécuter sommairement des 
détenus. 
 
 (Yeganeh Torbati et Doina Chiacu; Tangi Salaün et Eric Faye 
pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pde-ramb il y a 5 mois

    Nous "pensons", on préférerait "nous savons de manière absolue" sur de telles accusations.

  • charleco il y a 5 mois

    Amnesty international est une annexe de la CIA. Toutes les ONG américaines pratiquent l'espionnage et participent à fomenter des troubles dans les pays étrangers. Ici le jeu consiste à faire passer Assad pour un équivalent de hit l'air. C'est le scénario habituel, rien de neuf dans les méthodes américaines.