Damas perd une nouvelle base dans le Sud, disent les rebelles

le , mis à jour à 13:50
0

BEYROUTH, 11 juin (Reuters) - Des rebelles syriens ont dit jeudi s'être emparés d'une base aérienne de l'armée gouvernementale dans le sud du pays, au surlendemain de la prise d'un autre site militaire par les insurgés. Si cette nouvelle capture se confirme, il s'agirait d'un nouveau revers pour le régime de Bachar al Assad. Issam al Raïes, porte-parole du "Front du Sud", une alliance de groupes rebelles non-islamistes, a déclaré que la base aérienne de la province de Soueïda avait été libérée. Bachar al Zoubi, chef de l'armée de Yarmouk, une des composantes du Front du Sud, a dit de son côté que la base en question n'était pas encore tombée mais qu'il s'attendait à ce qu'elle chute dans la journée de jeudi. Il a également déclaré à Reuters que ses combattants avaient abattu un MiG au canon antiaérien. Une vidéo diffusée par l'Organisation syrienne des médias, liée à l'alliance modérée, semble montrer un avion de chasse tomber vers le sol. Aucun responsable syrien n'était immédiatement disponible pour commenter les affirmations des rebelles. Le Front du Sud a capturé mardi la base militaire de Liwa 52 (Brigade 52), une prise que l'armée n'a pas non plus commentée. ID:nL5N0YV1YS Le sud de la Syrie, proche de la frontière avec Israël et la Jordanie, est l'une des régions du pays où les insurgés ont infligé d'importantes défaites aux forces du président Bachar al Assad au cours des trois derniers mois. C'est aussi l'un des derniers fiefs de l'opposition armée non islamiste, même si des groupes comme le Front al Nosra, affilié à Al Qaïda, y sont également présents. Depuis la fin mars, les forces fidèles à Bachar al Assad ont subi d'autres revers importants: une alliance islamiste incluant le Front al Nosra a conquis la quasi-totalité de la province d'Idlib, dans le Nord-Ouest, et les djihadistes de l'Etat islamique ont pris la ville de Palmyre, à 240 km au nord-est de Damas. A la frontière libanaise, dans l'ouest du pays, les forces gouvernementales syriennes appuyées par des miliciens chiites du Hezbollah libanais ont en revanche marqué des points ces dernières semaines, notamment dans les monts Qalamoun. (Tom Perry,; Nicolas Delame et Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant