Damas parle d'attaque "terroriste" au gaz toxique à Alep-Ouest

le
1
    BEYROUTH, 30 octobre (Reuters) - Des médias officiels 
syriens ont affirmé dimanche que des groupes "terroristes" 
avaient lancé des gaz nocifs sur un des secteurs de la partie 
ouest d'Alep, sous contrôle gouvernemental. 
    Le directeur d'un hôpital d'Alep, cité par la télévision 
nationale, a parlé de 36 civils et soldats qui ont suffoqué en 
raison de l'utilisation de gaz chloré. 
    D'après l'agence de presse SANA, des obus contenant des gaz 
toxiques ont été tirés sur le quartier d'Al Hamdaniya.  
    L'information a été catégoriquement démentie par le groupe 
Fastakim, une des factions rebelles qui tiennent Alep-Est. 
    "C'est un mensonge", a assuré le chef des services 
politiques de Fastakim, Zakaria Malahifjim. 
    De son côté, l'Observatoire syrien des droits de l'homme 
(OSDH), organisation proche de l'opposition, confirme les 
informations faisant état de suffocations parmi des soldats 
gouvernementaux dans deux secteurs de la ligne de front pilonnés 
par les rebelles. L'OSDH dit en revanche ignorer si du gaz 
chloré en est à l'origine. 
    Les rebelles syriens, y compris des djihadistes, ont lancé 
vendredi une contre-attaque à Alep contre l'armée syrienne et 
ses alliés dans le but de briser le siège des quartiers Est. 
  
 
 (Tom Perry; Henri-Pierre André et Eric Faye pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • aerosp il y a un mois

    qu'en pense notre très grand stratège guerrier hollande