Damas, forteresse sous le contrôle d'el-Assad

le
0
En contraste avec les affrontements qui ont ensanglanté plusieurs villes, le régime exhibe une capitale tranquille

De notre envoyé spécial à Damas

À Damas, il faut être devin pour savoir qu'une révolte populaire menace le pouvoir syrien. En ce mois sacré de ramadan, la capitale offre le visage habituel d'une cité moyen-orientale grouillante, avec des rues embouteillées et des passants flânant devant les échoppes de la vieille ville. Aucun barrage militaire n'a été érigé sur la route entre l'aéroport et le centre-ville, pas plus que sur celle menant à Beyrouth au Liban. Dans les rues, les policiers ne sont pas plus nombreux qu'en période normale. Ce qui n'est pas le cas des agents en civils de la police secrète, qui veillent au grain.

Alors que dans de nombreuses villes du pays, la contestation se poursuit contre le régime de Bachar el-Assad, le pouvoir contrôle la situation dans sa forteresse damascène - même si, tout autour, des violences éclatent régulièrement entre manifestants et forces de sécurité. «Le passage entre Damas intra-muros et ses banlieues qui bougent comm

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant