Damas exige des garanties avant tout retrait des troupes

le
0
A deux jours de la date butoir fixée par l'Onu, le gouvernement de Bachar el-Assad a annoncé dimanche qu'il ne retirerait pas son armée des villes sans «garanties écrites» que les rebelles déposeront les armes.

Le retrait des troupes syriennes prévu mardi par le plan Annan semble d'ores et déjà compromis. Le régime du président Bachar al-Assad a déclaré dimanche qu'il n'en ferait rien tant qu'il n'aurait pas obtenu des «garanties écrites» de la part des rebelles.

«Dire que la Syrie va retirer ses forces des villes à la date du 10 avril est inexact, Kofi Annan n'ayant pas encore présenté de garanties écrites sur l'acceptation par les groupes terroristes armés de l'arrêt de toute forme de violences et sur leur volonté de livrer leurs armes», a affirmé le ministère syrien des Affaires étrangères dans un communiqué. «M. Annan n'a pas non plus présenté d'engagements écrits des gouvernements du Qatar, de l'Arabie saoudite et de la Turquie sur l'arrêt de leur financement des groupes terroristes», ajoute le ministère syrien. Ces trois pays ont fortement appuyé l'opposition syrienne ces derniers mois, l'Arabie saoudite et le Qatar se déclarant même favorables à l'envo

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant