Damas dément la prise par l'EI d'un champ pétrolier près de Palmyre

le
0

BEYROUTH, 8 septembre (Reuters) - Des responsables du gouvernement syrien ont démenti mardi la prise par les combattants de l'Etat islamique (EI) du dernier grand gisement pétrolier encore sous le contrôle de Damas. Cité par le quotidien Al Watan, le gouverneur de la province de Homs, Talal al Barazi, précise que les djihadistes se sont bien emparé samedi de cinq positions dans le secteur du champ pétrolier de Jazal, mais qu'ils en ont été évincés par l'armée. Contacté par Reuters, une source militaire syrienne a indiqué pour sa part: "Ils ont essayé de prendre des positions mais l'attaque a avorté." L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) avait rapporté lundi que le gisement de Jazal, au nord-ouest de Palmyre, dans le désert syrien, était tombé au mains des djihadistes. L'OSDH, qui s'appuie sur un réseau d'informateurs, ajoutait que les opérations étaient à l'arrêt sur le site et que des combats se poursuivaient à l'est d'Homs. L'EI s'est emparé en mai de la ville de Palmyre, site de ruines antiques classées au patrimoine mondial de l'Unesco. L'armée syrienne était alors parvenue à sécuriser le périmètre du gisement pétrolier voisin de Jazal. (Tom Perry avec Suleiman Al-Khalidi à Amman; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant