Damas accuse les rebelles d'avoir tué 84 civils à Alep

le , mis à jour à 17:38
0
 (Actualisé avec bilan de l'OSDH) 
    BEYROUTH, 31 octobre (Reuters) - Les tirs de roquettes et 
les bombardements chimiques du Front al Nosra et d'autres 
mouvements qualifiés de terroristes par Damas ont fait 84 morts, 
essentiellement des femmes et des enfants, ces trois derniers 
jours à Alep, déclare l'armée syrienne dans un communiqué publié 
lundi. 
    Le Front, qui se fait appeler Djabhat Fateh al Cham depuis 
juillet et dit avoir rompu avec Al Qaïda, a pris la tête d'une 
contre-offensive lancée vendredi en direction des quartiers 
ouest de la grande ville du nord de la Syrie, tenus par les 
forces gouvernementales. 
    L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) fait 
quant à lui état de 48 morts, dont 17 enfants, depuis le début 
de cette offensive.  
    La presse publique a accusé dimanche les rebelles d'avoir eu 
recours à du gaz toxique dans le quartier occidental 
d'Hamdaniya, ce qu'ils nient. Dans son communiqué de lundi, 
l'état-major assure qu'ils ont visé des écoles et des positions 
civiles et dit avoir dénombré 20 tirs de bonbonnes de gaz, 50 de 
roquettes Grad et 48 incendies.  
    L'armée syrienne, qui cherche depuis un mois à reprendre 
l'Est d'Alep avec l'appui de l'aviation russe, a elle aussi été 
accusée de viser délibérément des hôpitaux et des cibles 
civiles. 
    Selon un rapport de l'Onu récusé par Moscou, elle a eu 
recours au moins deux fois à des armes chimiques, ce qu'elle 
dément.  
 
 (Angus McDowall, Jean-Philippe Lefief pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant