Dalil Boubakeur : «Un prêtre a été assassiné, c'est une honte pour l'humanité»

le , mis à jour à 09:50
1
Dalil Boubakeur : «Un prêtre a été assassiné, c'est une honte pour l'humanité»
Dalil Boubakeur : «Un prêtre a été assassiné, c'est une honte pour l'humanité»

Il se dit «sidéré», «triste», mais aussi en colère. Pour le recteur de la Grande Mosquée de Paris, l'assassinat du père Hamel doit pousser les musulmans de France à repenser leurs institutions et leur place dans la société. Dalil Boubakeur l'a dit mercredi à François Hollande lors d'une réunion organisée avec les responsables des cultes.

 

Sur le perron de l'Elysée mercredi, vous avez déclaré vouloir une « réforme » des institutions de l'islam. Quelle réforme ?

DALIL BOUBAKEUR. Celle de la structuration pour, enfin, aborder les chantiers essentiels que sont la formation des imams et l'évolution de la pensée religieuse. J'entends par là que, si nous ne construisons pas un islam hic et nunc — ici en France et maintenant, en 2016 —, les musulmans ne pourront pas relever le défi de leur existence en France. Il est urgent et nécessaire, non pas de se faire dicter cette réforme, mais d'en être pleinement acteur.

 

Comment le traduire en acte ?

En instaurant une pédagogie et une pratique de la laïcité. En réaffirmant un islam moderne qui saurait appeler à la raison et à l'autocritique. Mais aussi en ne tolérant plus aucune entrave au statut des femmes. Il n'y a pas plus grand retard qu'une société où la femme est mise au ban de l'esprit religieux et social. Entendre qu'il ne faut pas serrer la main d'une femme est inacceptable. Le dénoncer est un préalable indispensable.

 

Le problème ne vient-il pas des discours de haine contre l'Occident propagés depuis plusieurs années ?

Oui. Raison de plus pour arrêter d'attendre. Un prêtre a été assassiné : c'est une honte pour l'humanité. Le fondamentalisme est la plaie la plus saignante de notre pays, notre plus grand défi. J'ai vu arriver les premiers barbus en France dans les années 1960. Ils promouvaient, sans entrave, des discours tordus au nom d'une prétendue orthodoxie qui n'était en fait qu'un islam politique auquel il faut mettre ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7360510 il y a 9 mois

    bonne réaction mais un peu tardive , espérons qu'elle se traduira par des actes.