"Dalida me disait, si toi tu chantes, je deviens speakerine"

le
0
"Dalida me disait, si toi tu chantes, je deviens speakerine"
"Dalida me disait, si toi tu chantes, je deviens speakerine"

C'est le visage d'une époque. 7 d'Or 1975, Denise Fabre était avant tout la speakerine. Reste qu'en 1982, à quelques semaines de la Coupe du monde en Espagne, la femme de télé se lança dans la chanson pour soutenir l'équipe de France de foot. Avec Dalida face à elle, Jean Sadoul avec elle et la France du football derrière elle. Une-deux pour l'histoire.

En mai 1982, à quelques semaines de la Coupe du monde en Espagne, sortait votre chanson Ollé la France. D'où est venue cette idée ?
Mon mari (le chef Francis Vandenhende, ndlr) avait un restaurant (le Manoir de Paris, ndlr), où venaient toutes les personnalités du monde du foot, y compris le président de la Ligue. C'était Jean Sadoul à l'époque. Il venait avec Jean-Claude Darmon (à qui la FFF avait alors confié le parrainage de l'équipe de France, ndlr) et toute l'équipe pour quasiment tous les déjeuners. On s'était liés d'amitié et lorsque la Coupe du monde est arrivée, ils ont réussi à me convaincre avec mon mari - qui est un fou de foot - de chanter l'hymne officiel du Mondial. Moi, je ne suis pas chanteuse, mais ça me faisait tellement plaisir, pour mon mari que j'accompagnais à tous les matchs où on pouvait aller, que j'ai dit oui. Et alors après, je me suis retrouvée à faire tous les coups d'envoi de tous les matchs en France avant la compétition avec des juniors, des enfants… C'était super et mon mari en a profité pleinement. Moi, un petit peu moins, car j'étais pas mal demandée.

On imagine oui…
Clairement, et du coup j'ai été obligée de prendre des cours de chant. Ils avaient fait écrire la chanson par l'un des paroliers d'Édith Piaf, Philippe Gérard, qui se lançait dans un domaine complètement différent. C'est comme ça que je me suis retrouvée hymne officiel. J'avais décidé de reverser les trois quarts de mes droits à des associations pour les enfants. Après, il faut se rendre compte que je me suis retrouvée face à une grande dame qui chantait l'autre chanson officielle : Dalida.

Vous l'avez croisé pendant cette période ?
On s'est retrouvées plusieurs fois face-à-face, je ne pesais pas lourd (rires). On faisait des émissions en commun parfois ou alors on était sur des plateaux différents. On souriait, on s'amusait beaucoup de tout ça quand on se croisait. Il n'y avait aucune concurrence. Moi, c'était le côté bon enfant, je m'amusais et surtout ça faisait tellement plaisir à mon mari…

« Après, je ne pense pas que j'ai vendu des milliers de disques, hein. Au…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant