Dal Maso souffre de la maladie de Parkinson

le
0
Dal Maso souffre de la maladie de Parkinson
Dal Maso souffre de la maladie de Parkinson

L'ancien talonneur du XV de France, Marc Dal Maso, a annoncé lundi dans un entretien publié par Midi Olympique et La Dépêche du Midi qu'il était atteint de la maladie de Parkinson. Agé de 48 ans, le technicien français, qui donne actuellement un coup de main à la mêlée dacquoise (Pro D2), ne sait pas si tout cela est lié à sa pratique du rugby.

Marc Dal Maso a annoncé être atteint de la maladie de Parkinson. Dans un entretien accordé à La Dépêche du Midi et Midi-Olympique, l’ancien talonneur des Bleus a livré un témoignage bouleversant : « A la fin de la saison 2011-2012 (lorsqu’il entrainait le Stade Montois), je me sens très fatigué, raconte Marc Dal Maso. Je ne comprends pas pourquoi. Il y a des symptômes qui m'amènent à penser que j'ai quelque chose. Tout le monde a cru à une dépression. (...) Nathalie, ma sœur, m'a dit : " On va faire un examen par rapport à cette maladie. " La maladie de Parkinson. » Victime de « tremblements » dès ses 30 ans, Marc Dal Maso continue à vivre malgré les craintes : « Je n’ai pas peur de mourir, mais j’ai une peur permanente parce que tous les matins tu te lèves et il faut que tu prennes des cachets. À un moment donné, la maladie elle est tout le temps avec toi, elle évolue avec toi et il faut que tu évolues avec elle. »

« Si j’accepte la maladie, je suis mort »

Un quotidien dicté par son traitement contre la maladie mais Marc Dal Maso refuse cependant de baisser les bras : « Il ne faut pas que j'accepte la maladie. Si je l'accepte, je suis mort. Je me dis qu'il faut que je sois fort. Pour moi et pour les autres… Surtout pour moi. J'ai besoin d'être fort. » Si l’ancien international (33 sélections) reconnaît qu’il a ressenti une part de « honte » au moment du diagnostic, l’entraineur de la mêlée du Japon pendant la Coupe du monde 2015 a eu quelques craintes concernant son avenir professionnel : « Le professeur qui me suit m'a dit ‘‘ vous pouvez travailler sans aucun souci ’’. Le problème, c'était d'aller voir un club. J'avais très peur du fait qu'on dise : il a ça, c'est terminé. J'avais très peur qu'on dise aussi : il est allé au Japon pour se cacher. »


En revanche, le Français, acteullement consultant de la mêlée à l'US Dax, ne sait pas si son sport et son poste lui ont fait contracter la maladie de Parkinson : « Je ne sais pas exactement comment cela est arrivé, si ce sont les coups ou les protéines, souligne le Français. (...) Il y a plein de choses qui font que tu peux attraper cela. Il peut y avoir des coups, mais pas que les coups. (...) Disons qu'il y a des sports qui t'aident à avoir des conneries comme celle-là. »

Par Alessandro Pitzus

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant