Dakar : Sébastien Loeb, une tuile dans le désert

le
0
Sébastien Loeb lors de l'accident survenu à 11 kilomètres de l'arrivée de la spéciale. Il concède plus d'une heure à son coéquipier Peugeot Stéphane Peterhansel.
Sébastien Loeb lors de l'accident survenu à 11 kilomètres de l'arrivée de la spéciale. Il concède plus d'une heure à son coéquipier Peugeot Stéphane Peterhansel.

Touche-à-tout de la mécanique, aussi à l'aise au volant d'un hélicoptère que sur la piste, Sébastien Loeb n'est pas seulement un pilote. Il est à la recherche constante de la performance, trouve son plaisir et l'adrénaline en jouant avec la mécanique, en s'amusant à pousser ses machines au maximum de leurs capacités. Pour ses premiers tours de roues dans le Dakar, l'Alsacien a transformé la première semaine en démonstration de force : trois victoires d'étapes, en tête à la journée de repos. Difficile de faire mieux. Mais ce lundi, au cours du premier grand test de ce 38e Dakar, il a concédé 1 h 5 mn au classement général ? désormais dominé par Stéphane Peterhansel ? après être parti en tonneaux à 11 kilomètres de l'arrivée de la spéciale. Sébastien Loeb s'éloigne donc fortement d'un succès dès sa première participation dans ce rallye-raid. 

Ensablement et tonneaux pour Sébastien Loeb

S'il avait rythmé la première semaine, l'Alsacien répétait que les trois étapes qui suivaient la journée de repos, ce dimanche, allaient être beaucoup plus corsées. En cause : des secteurs chronométrés éloignés de ces pistes de types rallyes sur lesquelles il a brillé pendant des années. Là, place à la navigation, à la recherche des caps et aux franchissements de dunes.

Ce lundi, si Sébastien Loeb termine deuxième de la première partie de la spéciale (232...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant