Dakar : Sébastien Loeb, le premier rugissement

le , mis à jour le
0
Sébastien Loeb, ici lors du prologue samedi, a remporté à bord de sa Peugeot la première spéciale de ce 38e Dakar.
Sébastien Loeb, ici lors du prologue samedi, a remporté à bord de sa Peugeot la première spéciale de ce 38e Dakar.

Dimanche 27 novembre dernier. Sébastien Loeb dispute la dernière course de sa carrière avec Citroën. A l'issue du dernier tour de piste à Doha, toute l'équipe l'entoure et l'applaudit pendant de longues minutes. Un mois plus tard, changement de décor et même salve d'applaudissements. Il est 18h à Termas de Rio Hondo quand Sébastien Loeb déboule dans le bivouac au volant de sa « bestia », le surnom donné par les Argentins à la 2008DKR qu'il pilote. L'Alsacien vient de remporter sa première spéciale en rallye-raid. Avant lui, l'Américain Robby Gordon (en 2005) et l'Espagnol Carlos Sainz (en 2006) avaient eux aussi arraché des victoires d'étapes dès leur première participation.

"C'est de bon augure pour la suite" (Loeb)

Le nonuple champion du monde, lui, tient à garder les pieds sur terre. Il s'extrait de l'habitacle, esquisse un sourire, discute avec Carlos Sainz et Stéphane Peterhensel avant de revenir sur sa journée. « Ca a été une bonne surprise, explique-t-il. Je ne pensais pas que les buggys allaient être plus performants que les quatre roues. C'est de bon augure pour la suite. »

Sur le parcours, Sébastien Loeb a retrouvé un terrain semblable à celui traversé pendant le rallye d'Argentine (WRC), qu'il a remporté à huit reprises (entre 2005 et 2013). L'Alsacien a démontré toute son aisance, même sur des pistes qui ne facilitaient pas le pilotage. Car au lendemain de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant