Dakar 2014 : ils ont dompté le monstre d'Iquique

le
0
Dakar 2014 : ils ont dompté le monstre d'Iquique
Dakar 2014 : ils ont dompté le monstre d'Iquique

Depuis le bivouac installé au bord du Pacifique, les autos et encore plus les motos ne forment que des petits points à l'horizon, telles des fourmis. Bienvenu sur la dune d'Iquique ! Un monstre de sable de 800 m de haut, 3 km de longueur et 30 % de denivelé moyen, avec un maximum de 70 % dans ses premiers hectomètres. Les concurrents du Dakar l'ont dévalé ce mardi pour atteindre l'arrivée de la 9e étape dans un décor majestueux.

Mais à peine le temps de savourer la vue imprenable sur l'Océan Pacifique, qui se dévoilait pour la première fois depuis le départ de Rosario (Argentine) il y a dix jours, qu'il faut littéralement basculer dans le vide. Le motard Xavier de Soultrait, engagé sur son premier Dakar, avait des étoiles plein les yeux à son arrivée. « C'était surréaliste avec le Pacifique en toile de fond. Je regardais ça depuis quelques années à la télévision, ça me faisait rêver. Il ne faut pas trop toucher aux freins, ça descend de manière très raide. C'est du kif de se faire ça à 90-100 km/h », s'enthousiasmait le 39e de l'étape et 33e du général.

Stéphane Peterhansel n'a pas joué les fous du volant

Même les plus initiés ne font pas les malins au moment d'aborder la descente vertigineuse, comparée par certains à une piste noire de ski où il est même conseillé de freiner. Stéphane Peterhansel faire partie des prudents. Le recordman de succès sur l'épreuve (6 en motos, 5 en autos) et vainqueur ce mardi de sa 64e étape - nouveau record - en a pourtant connu d'autres. « Quand je suis arrivé en haut, j'avais les cacahuètes, rigolait le 2e du général en offrant le café dans son camping-car. Tu bascules, tu prends de la vitesse, tu passes la 5e, la 6e et tu arrives à 160 km/h. On pourrait monter jusqu'à 200, mais il y un truc qui te dit de ne pas y aller, le coeur, la cervelle, je ne sais pas. Je n'ose pas. Tu perds quand même près de 1 000 mètres en très peu de secondes, et tu le sens dans les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant