Dakar 2014 : bilan d'une première semaine très agitée

le
0
À l'image de Giniel De Villiers (Toyota), la première semaine du Dakar a été très éprouvante.
À l'image de Giniel De Villiers (Toyota), la première semaine du Dakar a été très éprouvante.

1- Un parcours bien plus difficile Les organisateurs, ASO, n'ont pas caché avoir voulu hausser le niveau lors de ce Dakar. Après une édition précédente exceptionnelle par les paysages traversés, Étienne Lavigne - le patron de l'épreuve - et toute son équipe ont opté pour une bataille sportive plus rigoureuse, plus complexe. Plus vite, plus haut, plus fort : le slogan olympique colle si bien avec le rallye-raid version 2014. Pour la vitesse, difficile de ne pas constater les risques pris par les pilotes. La hauteur, elle, a surtout été expérimentée par les motards qui ont grimpé sur une ligne de crête à 4 300 mètres d'altitude, mardi, entre San Rafael et San Juan. La 5e étape, elle, a démontré à quel point ce Dakar était compliqué : nombre de pilotes ont chuté (ici Juan Pedrero García, photo DPPI/G.Soldano) et beaucoup ont dû abandonner, touchés par des températures impossibles. Les organisateurs ont multiplié les interventions médicales et sont d'ailleurs résolus à réduire les spéciales tant l'hécatombe dans les rangs des concurrents était impressionnante. 2- Le Dakar déjà endeuillé Les difficultés de cette fameuse 5e étape - selon certains observateurs, il s'agit de la journée la plus difficile vécue depuis que le Dakar est en Amérique du Sud - ont été marquées par une terrible nouvelle, annoncée le lendemain. Le corps...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant