Daimler, Volkswagen, BMW : les prévisions d'UBS pour le premier semestre

le
1
Le courtier suisse vient de dévoiler ses estimations pour le deuxième trimestre concernant les valeurs du secteur automobile. (© Mercedes / Audi / BMW)
Le courtier suisse vient de dévoiler ses estimations pour le deuxième trimestre concernant les valeurs du secteur automobile. (© Mercedes / Audi / BMW)
Daimler

Le constructeur automobile basé à Stuttgart publiera ses résultats du deuxième trimestre le 23 juillet prochain. UBS prévoit un chiffre d’affaires de 35,49 milliards d’euros, en croissance de 12,5%. Le résultat opérationnel aurait totalisé 3,2 milliards entre mars et juin, en amélioration de 6%. En données ajustées, c’est-à-dire en tenant compte notamment de la plus-value de cession sur les actions du constructeur américain Tesla, cet indicateur devrait afficher une progression de 30% pour atteindre 3,33 milliards, soit 9,4% du chiffre d’affaires.

La marque à l’étoile, véritable moteur. Principale contributrice aux résultats de Daimler, la division automobile de la griffe Mercedes-Benz aurait vu son résultat opérationnel ajusté égaler 2,09 milliards (+48%), soit 10,1% de ses ventes. En intégrant un flux de trésorerie disponible de l’ordre de 1,5 milliard sur le trimestre, la trésorerie nette devrait s’établir à 19,46 milliards à fin juin, après paiement des dividendes.

UBS recommande de vendre l’action Daimler. Son objectif de cours est de 85 euros.

Bloc "A lire aussi" Volkswagen

Le constructeur automobile, dont le siège se situe à Wolfsburg, dévoilera ses résultats trimestriels le 29 juillet prochain. Pour le deuxième trimestre, UBS prévoit un chiffre d’affaires de 53,89

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • b26crest le jeudi 16 juil 2015 à 13:23

    en lisant ces chiffres, je pense au "cadeau" de 40 milliards sur trois ans que l'Etat français ferait aux entreprises françaises... Si l'on libérait enfin l'économie française, nous pouvions peut-être éviter le pire ? La politique du plan, l'étatisme ne fonctionnent pas, nous le savons depuis 1989, sauf chez le FN-FG