Daech pourrait avoir fabriqué son propre gaz moutarde en Syrie et en Irak

le
0
Daech pourrait avoir fabriqué son propre gaz moutarde en Syrie et en Irak
Daech pourrait avoir fabriqué son propre gaz moutarde en Syrie et en Irak

L'organisation chargée de détruire les armes chimiques à travers le monde examine actuellement «plus de 20» allégations sur l'utilisation de telles armes en Syrie depuis le mois d'août, affirme ce vendredi son directeur général, Ahmet Üzümcü. Daech, notamment accusé d'avoir utilisé du gaz moutarde contre des civils en Syrie et en Irak, «pourrait avoir fabriqué lui-même» cette substance, ajoute Ahmet Üzümcü : «La qualité du gaz était pauvre mais il était quand même nocif». 

 

 

«C'est donc extrêmement inquiétant, surtout étant donné le fait qu'il y a dans ces pays des combattants étrangers qui pourraient un jour revenir dans leurs pays d'origine» s'alarme Ahmet Üzümcü. Le directeur général de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) s'exprimait quelques heures à peine après l'adoption par le Conseil de sécurité de l'ONU d'une résolution prolongeant d'un an le mandat d'une équipe spéciale d'enquêteurs chargés de déterminer la responsabilité des attaques chimiques en Syrie.

 

Vidéo. Daech pourrait fabriquer ses propres armes chimiques

 

 

Cette mission d'enquête conjointe (JIM) avait été créée conjointement en août 2015 par l'ONU et l'OIAC, basée à La Haye. L'OIAC est chargée d'apporter les preuves de l'utilisation d'armes chimiques avant que le JIM puisse attribuer la responsabilité des attaques à l'un ou l'autre des belligérants. Depuis début août, il y a eu un certain nombre d'accusations, exprimées à la fois par le gouvernement et par les rebelles, de «l'utilisation de chlore et d'agents non identifiés à Alep et au nord de la Syrie».

 

 

Le nombre de ces allégations «est assez élevé, j'en ai compté plus de vingt», a ajouté Ahmet Üzümcü, soulignant que le régime du président syrien Bachar al-Assad en avait transmis une nouvelle ce jeudi. Après plus d'un an de recherches, les enquêteurs du JIM ont déjà conclu que ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant