Daech : les vidéos sanglantes tournées avec les techniques dernier-cri

le
0
Daech : les vidéos sanglantes tournées avec les techniques dernier-cri
Daech : les vidéos sanglantes tournées avec les techniques dernier-cri

Du perfectionnisme dans l'abjection... Le groupe terroriste Etat islamique a fait preuve d'un soucis du détail glaçant dans la réalisation de son atroce vidéo de décapitation collective de 22 soldats syriens. Des experts ont décortiqué plan par plan ces images terribles. Et ils ont découvert que Daech a passé 4 à 6 heures à tourner son film de propagande sanglante avec du matériel perfectionné à 200 000 $ (160 000 ¤).

C'est le magazine américain Time qui révèle le soucis de mise en scène des vidéastes de l'EI lorsqu'ils ont filmé l'exécution des soldats syriens et de l'otage américain Peter Kassig. Une vidéo diffusée le 16 novembre dernier.

Les techniciens américains du Consortium de recherche et d'analyse du terrorisme (TRAC) et leurs homologues britanniques de la Fondation Quilliam ont observé la luminosité et les ombres. Autant d'indices qui leur ont révélé que le tournage a été fait en différentes prises, en plusieurs heures. Dans certains plans, des combattants discutent entre eux, les bras croisés, pour passer le temps entre deux prises.

Selon Veyan Khan, chercheuse au TRAC, qui a examiné minutieusement chaque vue, le tournage aurait été géré par un réalisateur, un producteur et un scénariste qui aurait utilisé un storyboard comme les cinéastes. Et la vidéo aurait été montée en utilisant la technologie Avid, un programme qui coûte au bas mot 160 000 ¤.

Des tueurs qui passent bien à l'écran

Le casting des assassins ne doit rien non plus au hasard selon l'analyste. Daech a pris soin de choisir des hommes -- dont le Français Maxime Hauchard -- sélectionnés pour bien passer à l'écran, pour leur apparence, leur mise et leur air martial. Et leurs origines du monde entier viennent souligner l'aura du chef du califat, Abu Bakr al-Baghdadi.

Détail macabre, les bourreaux se sont nettoyés entre le tournage des décapitations et les scènes qui suivent les exécutions, toujours dans le souci ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant